Retrouvez l’actualité de Groix sur le blog d’Anita :
https://ile-de-groix.info/blog


Accueil > Politique > Vie municipale

Extrait de la lettre municipale : REVISION DU PLAN LOCAL D’URBANISME.

vendredi 16 juillet 2004

La procèdure de révision prescrite le 27 Novembre 1991 pour le Plan d’Occupation des Sols
a été confirmée par une délibération du Conseil Municipal du 30 Janvier 2002, qui a souhaité la mise en forme du Plan Local d’Urbanisme (PLU) du document d’urbanisme de notre île.

Cette révision avec, d’une part les objectifs que nous nous sommes fixés et d’autre part, les
contraintes de la loi "Solidarité et Renouvellement Urbains" (SRU) qui doivent être prises en considération, représentent un véritable enjeu pour notre île, qui doit préserver son caractère
patrimonial.

Après avoir établi le diagnostic de l’île en 2002, et formulé en 2003 des orientations générales d’amènagement et d’urbanisme, qui constituent le Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) qui ont été débattues en Conseil Municipal du 25 Février 2004, où en sommes-nous dans la procédure de révision ?

A partir des orientations définies, la procédure de révision est rentrée dans sa phase "projet de zonage".

Après une présentation aux services de l’Etat, le 7 Juillet 2004, et compte-tenu de l’obligation d’intégrer la loi "Littoral" qui date de 1986, dans le futur PLU, Le Conseil Municipal va solliciter
sur le projet tel que préparé, l’accord du Préfet qui consultera la Commission Départementale des Sites.

Cette consultation va permettre de s’engager sur le projet que le conseil Municipal devrait "arrêter" à la fin de cette année 2004. A partir de cette date, le déroulement de la procédure (consultation des personnes publiques, enquête publique) va se poursuivre, et une approbation du Plan Local d’Urbanisme, par le Conseil Municipal, peut être envisagée en septembre 2005.

Au cours de l’été, un complément à l’exposition que vous avez dèjà visitée en mairie vous sera
proposé. Ce complément qui reprend des éléments de la partie II du rapport de présentation (Etat initial de l’environnement) aborde les principales composantes du paysage de l’île, et l’évolution de ces paysages.

Commentaires

  • > Extrait de la lettre municipale : REVISION DU PLAN LOCAL D’URBANISME.

    "GROISILLONS D’ORIGINE - 25 ANS SUR NOTRE TERRAIN -
    -DEMAIN EXPULSES COMME DES PESTIFERES -
    MERCI M. LE MAIRE !!! "

    Nous sommes plusieurs dizaines de propriétaires fonciers a être concernés par l’application du nouveau Plan Local d’Urbanisme "élaboré" par la mairie de Groix qui, sous couvert de la loi du littoral, a la volonté délibérée de spolier la jouissance des terrains non constructibles.

    Loi littoral 86.2 du 03/01/1986 : " En dehors des espaces urbanisés, les contructions ou installations sont interdites su une bande littorale de CENT METRES à compter le la limite haute du rivage"

    Pourquoi appliquer cette loi au-delà des 100 mètres ?

    Quels sont les vrais objectifs de M le Maire ??

    Notre présence annuelle sur NOS terrains (maximum 90 jours) met-elle en péril la sensibilité du milieu ? NON
    L’érosion de la côte justifie-t-elle cette mesure préventive ? NON

    40 ans et plus pour certains propriétaires, nous avons participé activement au développement économique de l’île, nos terrains ont échappé à l’envahissement des ronciers et des prunelliers, ainsi qu’à la prolifération des rats. Par ailleurs nous avons grandement contribué à l’amélioration de notre environnement et de ce fait nous sommes les premiers à respecter la nature.

    Monsieur le Président de la République, faisant réponse à une requête, a précisé, par courrier du 10 avril 2004, que ce type de dossier relève de la compétence des collectivités locales qui s’administrent librement dans les conditions prévues par la loi.

    Que demandons-nous à M le Maire depuis 2 ans ?

    1) La délivrance d’une autorisation annuelle de camper sur NOS terrains au-delà des 100 M et dans la limites des 90 jours.
    2) Fixer une charte de bonne conduite de tous les propriétaires fonciers quant au respect de l’environnement.

    C’est à dire en fait un simple compromis et non un projet unilatéral de tous nous " parquer" dans un seul endroit de l’île............

    Nous avons déjà le soutien de nombreux Groisillons, l’enquête publique de fin d’année ou début 2005 sur le Plan Local d’Urbanisme sera déterminante si M le Maire "campe" toujours sur son intention de nous EXPULSER.

    SOUTENEZ-NOUS

    En le faisant savoir à M le Maire.

    En répondant à l’enquête publique par une mention sur le registre qui sera mis à votre disposition à la mairie.

    Association des Riverains de la Côte Groisillonne

    • > Extrait de la lettre municipale : REVISION DU PLAN LOCAL D’URBANISME.

      Parler de la "Loi Littoral" c’est bien, mais peut-être ne faudrait-il pas oublier "Natura 2000".
      Le travail effectué par Céline à ce sujet est très pédagogique et démontre à quel point notre
      île a besoin d’une protection qui lui a jusqu’ici fait défaut.

      Si cela se fait dans un cadre réglementaire, pourquoi s’en plaindre ?? La défense de stricts intérêts
      privés a tojours conduit à des abus (du type groupements de tentes et caravanes sur lieux "sensibles", sans aucune installation sanitaire par exemple)

      Et ne parlons pas d’esthétique des sites, il y a des années que ce mot n’a plus beaucoup de sens ici.

      Un autre regret : constater l’habitude pour certains de s’exprimer sans signature.....Et pourtant, on m’a élevée en me vantant le "courage" groisillon...Il a du disparaître avec les derniers pêcheurs de thons !!

      Anita Ménard

    • > Extrait de la lettre municipale : REVISION DU PLAN LOCAL D’URBANISME.

      Madame,

      Ces lieux sensibles comme vous dites si bien et pourquoi pas "remarquables" ( mot à la mode) appartiennent pour certains à des groisillons depuis 4 générations. Les a-t-on inviter à participer au projet Natura 2000 ? (les chasseurs oui). A t-on tenu compte de leur défrichement des prunelliers et des ronces ? Leur a-t-on seulement demander de planter ou de favoriser la pousse de tel arbre ou telle plante ?
      Quant aux sanitaires, Madame, (les wc chimiques existent) ces terrains sont non constructibles et c’est tant mieux quand on voit les constructions d’aujourd’hui qui n’ont de bretonne que la façade.
      Une réglementation ? oui, mais pas une exclusion pure et simple, sans compromis. Certaines grand-mère de Groix ne verront plus leurs petits enfants l’été, certaines tantes ne verront plus leurs neveux ou nièces. Ne sont pas groisillons que les personnes qui vivent sur Groix !!!

      Marie-Claire BARTHE

      Vous remarquerez que la signature est bien là. Si le nom d’une association pour l’ article précédent n’est pas une signature qu’est-ce-que c’est ?

    • > Extrait de la lettre municipale : REVISION DU PLAN LOCAL D’URBANISME.

      """Une réglementation ? oui, mais pas une exclusion pure et simple, sans compromis. """

      On nage presque en culture corse pour ce qui est du compromis face à une obligation et pourquoi pas
      aussi parler de "vendetta" face au dramatique terme d’exclusion ?

      Et pourquoi les grand-mères ne verraient-elles plus leurs petit-enfants ?
      Celui qui m’empêcherait de voir les miens n’est pas né...(sauf, bien sûr, fascisation du politique).

      Très satisfaite de mettre un nom à propos d’une asso dont on avait entendu parler mais dont personne ne pouvait me nommer un représentant. (On évoque déjà une scission....)

      A propos, puisqu’il y a asso, il doit y avoir délibération pour prendre les décisions. La vôtre a accepté
      le passage d’un message "collectif" sur notre site ? Bravo, cela dénote une ouverture d’esprit que l’on
      aurait pu croire improbable au vu de divergences d’opinions fondamentales A GROIX.

      Par exemple : un parisien est celui qui habite Paris, un marseillais celui qui habite
      Marseille et un groisillon, celui qui habite Groix. Comment devrait-on appeler les personnes d’origine groisillonne qui reviennent habiter Groix après une carrière sur le continent : des doublement groisillons ?

      Quant à votre appréciation de ce qu’est une construction bretonne, elle fait partie du même phantasme : pour vous, une maison construite à Groix (donc en Bretagne) par un propriétaire groisillon et des ouvriers du même métal ne serait pas une maison bretonne ???

      Par ailleurs, j’espère qu’un jour un sociologue fera une étude sur les transferts de propriété à Groix, où l’on pourra, si cela se fait rapidement, lire comment certains descendants de Groisillons ont pu se défaire de leurs biens et ensuite se plaindre d’être dépossédés ! (Je ne parle pas ici des "magouilles"
      du remembrement mais des ventes volontaires).

      Ayez aussi une pensée pour les propriétaires de terrains qu’ils croyaient constructibles (du fait
      du non respect passé des réglementations) et qui vont être confrontés à la réalité. Difficile pour certains d’admettre que l’on ne peut vivre perpétuellement en marge de la Loi.

      C’est sur ce terrain que se placent la plupart des différends actuels sur Groix.

      AM

    • > Extrait de la lettre municipale : REVISION DU PLAN LOCAL D’URBANISME.

      avant d etre groisillon ou autre chose vous aver la nationnaliter francaise donc vous devezrespecter la loi francaise sur le continent elle est appliquer donc a groix aussi ,et arreter de parler didantiter groisillonne cela fait un peut integriste vous este francais un point ses tout !!!

    • > Extrait de la lettre municipale : REVISION DU PLAN LOCAL D’URBANISME.

      ça veut dire quoi : vous zavez la nazionalité franzaise avant tout ?
      c quoi être français pour vous ? ayez au moins le courage d’aller jusqu’au bout de "vos" idées...

      Fanch, internationaliste breton et français.

    • > Extrait de la lettre municipale : REVISION DU PLAN LOCAL D’URBANISME.

      le premier courage serait de signer...

      AM

Cliquez ici pour rejoindre le blog