Retrouvez l’actualité de Groix sur le blog d’Anita :
https://ile-de-groix.info/blog


Accueil > Politique > Vie municipale

Lettre municipale n° 26 - juillet-août 2007

jeudi 28 juin 2007

EDITO

Quelle terre laisserons-nous à nos enfants ?

Accompagner trop souvent un ami ou un proche à sa dernière demeure, au-delà de l’hommage que nous lui rendons, nous révèle brutalement la brièveté de nos vies. Qui, aujourd’hui, retient encore cette dure leçon ?

Aux temps des pharaons et des cathédrales, personne ne s’étonnait de voir cinq générations d’architectes se succéder jusqu’à l’achèvement d’un ouvrage plus grand qu’une vie d’homme. Colbert fit planter des chênes pour les vaisseaux du roi de l’an 2000. Les exemples sont innombrables dans le passé. Rares de nos jours.

Le principe premier de toute vie est de perpétuer l’espèce : avoir des enfants pour poursuivre une aventure qui nous dépasse. A bien y réfléchir, tout ce qui a du sens dépasse la dimension de nos petites vies. Dans une culture de l’individualisme étroit et de la recherche du profit le plus immédiat, le sens a disparu, et avec lui la conscience. On planifie à courte vue. Se sentir responsable du futur n’est plus une vertu. Se sentir responsable de ses enfants n’est plus une valeur essentielle

Il n’est donc pas étonnant de retrouver les thèmes de l’éducation, de l’environnement, et des crises sociales au coeur des campagnes électorales successives. Mais aucun élu _ n’apportera de solutions sans un changement radical des mentalités.

Dans notre économie de marché, le citoyen/consommateur reste le moteur de toute politique : par son bulletin de vote, par ses choix de vie, par sa solidarité avec le présent et le futur, le citoyen/consommateur influe directement sur le modèle économique et
social en place. La responsabilité collective n’est pas effacée par le passage aux urnes.

Comment revenir à des manières de vivre ensemble plus solidaires et plus responsables ? II revient aux élus de créer des niveaux de réflexion et de décision au plus près des citoyens : associations et collectivités doivent travailler ensemble au niveau local. Sur la commune de Groix nous restons à cette échelle humaine, et le conseil municipal en ce printemps 2007 fait deux propositions :

La première est d’organiser dès le mois de juin un travail de réflexion avec les groisillons sur l’avenir de l’île face aux défis du 21ème siècle : chercher un nouveau modèle ddéveloppement local adapté aux énormes contraintes annoncées par la mondialisation et le réchauffement climatique. La première réunion publique pour cet Agenda 21 aura lieu le 20 juin prochain à la salle des fêtes.

La seconde est de lancer une réflexion avec les familles pour faire face aux conduites dangereuses de nos enfants qui, comme partout, deviennent de plus en plus inquiétantes : alcool violent, drogues, délinquance, dérapages sexuels précoces et autres conduites à risque sont désormais si fréquentes que trop de parents les banalisent ou pensent à tort que leurs enfants en sont protégés.

Quels enfants laisserons-nous à la terre ?

Nos enfants ne sont pas seulement les habitants du futur, ils en seront aussi les bâtisseurs. S’ils ne sont pas meilleurs que nous, si leur regard ne dépasse pas leur intérêt personnel et immédiat, ni eux ni la planète n’auront de seconde chance.

Le comportement de certains adolescents traduisent leur angoisse face à un monde d’adultes immatures : comment transmettre une morale, un sens du collectif ou le moindre sentiment humaniste quand toutes ces valeurs n’ont plus cours dans le quotidien ? La sortie de l’enfance nécessite des repères forts aussi bien dans sa famille que dans la société. La recherche de ces repères est aujourd’hui accaparée par l’égoïsme et la consommation.
Le statut d’adulte signifie la responsabilité, l’autonomie et l’authenticité. Ces qualités devraient être valorisées tant à l’école que dans les familles, et la plupart des programmes de télévision glorifient exactement leur opposé. Sans un peu de ces trois vertus, un individu ne peut s’accomplir en tant que tel. Ni même atteindre un certain bonheur.

Protéger nos enfants, c’est d’abord reconnaître les dangers qui les guettent. Chacun connaît et croise des gamins de 10 ou 12 ans, parfois ivres, à des heures où ils devraient dormir depuis longtemps. Les mêmes dorment en classe le lendemain matin. Si leurs parents l’ignorent, il est du devoir de chacun d’entre-nous de les en informer. Si leurs parents préfèrent l’ignorer, il est temps de parler de mise en danger de l’enfant.

Chaque enfant possède un potentiel de réussite scolaire et d’accomplissement social que nous ne devons pas laisser gâcher par négligence ou indifférence. La plupart des petites communautés exercent sur les enfants une surveillance collective qui, bien que ces derniers s’en défendent, les rassure autant que leurs parents. Ce système convivial de responsabilité partagée n’existe plus à Groix. La peur d’intervenir dans l’intimité d’une famille dépasse celle de voir les gamins risquer leur santé et parfois leur vie. La peur aussi de constater des réalités qu’on préférerait ignorer. Si le courage nous manque pour cela, que reste-t-il donc notre courage ?

Il est temps de créer un réseau de parents, en liaison avec un Conseil pour les Droits et Devoirs des Familles formé des professionnels de l’éducation, les élus compétents, la brigade de gendarmerie et les représentants de l’Etat. Il faut accompagner les familles désemparées par les dérives de leurs ados, et parfois exercer les contraintes nécessaires à la prise de conscience de certains parents. Ce conseil sera créé par délibération municipale fin juin prochain.

Le centre de loisir a pour mission d’accueillir et d’informer les ados en dehors du temps scolaire. Leur présence aux activités du centre est libre et volontaire, ce qui crée pour eux un espace et un temps pour se construire hors des familles et des institutions scolaires. Les comportements illégaux ou dangereux n’y sont pas tolérés. En dehors du centre, il ne peut y avoir de contrôle, pas plus qu’entre l’école et le domicile. Chacun doit donc prendre ses responsabilités en mesurant le degré confiance qu’on peut donner selon l’âge et le caractère de chaque enfant.
Chaque éducateur a ainsi un rôle complémentaire dans la vie des futurs adultes, il est de la plus grande importance que des passerelles solides se créent entre professionnels et avec les familles, chacun intervenant à son niveau, avec la même cohérence.

"Laisse pas traîner ton fils, pour pas qu’il glisse"
Paroles extraites du dernier tube de Joe Starr, rappeur sulfureux qui, devenu Papa, nous martèle ces vers à l’oreille pour réveiller les consciences comme il a réveillé la sienne.

Eric Regenermel

RAPHAELA LE GOUVELO

Mercredi 25 avril, 13 heures : les enfants du Centre de Loisirs et leur animatrice, Alice Michaux, ont rendez-vous à Port Tudy avec le canot de sauvetage qui les attend pour aller à la rencontre de la navigatrice, qui vient de Lorient.

A bord, les moussaillons sont tout de suite pris en main par la formidable équipe de bénévoles de la SNSM et un de ses patrons, Laurent Le Grel. Les gilets de sauvetage enfilés et les enfants bien calés, la vedette s’élance en direction de la planche de Raphaëla que l’on aperçoit au loin.

Une ambiance gaie et survoltée remplie le bateau. Les enfants, qui ont confectionné une banderole "Bienvenue Raphaëla", la brandissent en scandant "Raphaëla, Raphaëla...".

Enfin, la voilà, grande, élancée et concentrée. Autour d’elle et de sa fameuse planche, son équipe suit, à bord d’un zodiac et d’un catamaran.

Au détour des phares d’entrée du port, quelques irréductibles l’attendent, appareil photo à la main.

Une fois à terre, Raphaëla se prête au jeu des questions des enfants. Elle prend le temps de répondre, et les enfants sont ravis. Chacun a ainsi pu visiter sa planche, observer l’endroit où elle dormait... Les enfants sont repartis des étoiles plein les yeux.

Mais ce n’est pas fini pour Raphaëla et son équipe : après un petit tour de l’île commenté par Claude Guiader,
premier adjoint, direction la salle de projection de Port Lay où la navigatrice, après avoir reçu la médaille de la commune, va présenter son film "Dialogue avec la Mer", relatant sa formidable traversée de l’océan indien, seule, sans assistance.
Une cinquantaine de personnes, groisillons, vacanciers... y ont assisté, et ont participé au débat qui a suivi la diffusion des 52 minutes de ce documentaire riche en émotion.
Conditions de vie (ou de survie) à bord, état physique et mental, mais aussi développement durable, protection du littoral... sont les principaux sujets qui ont été abordés par les spectateurs.

Les discussions se sont poursuivies autour d’un vin d’honneur, et la navigatrice et son équipe sont ensuite parties se restaurer à la crêperie de l’église, reprise récemment par le jeune couple, Yaël et Alexandre.

Pour finir la soirée en beauté, détour inévitable par le célèbre bistrot "chez Beudeff".

Jeudi 26 avril, 9 heures : c’est l’heure du départ pour Raphaëla, direction un autre bout de terre en mer : Belle-Ile. La fin du tour de Bretagne approche. Merci Raphaëla pour ce moment de rêve.

PARCOURS DU COEUR

Les 12 et 13 mai dernier, la Fédération Française de Cardiologie a organisé dans toute la France la 32ème édition des Parcours du Coeur. La commune de Groix y a participé une nouvelle fois, sous la houlette de Claude Guiader, premier adjoint.

Une cinquantaine de participants, groisillons et personnes de passage se sont donnés rendez-vous dimanche, de bon matin, pour parcourir 6 kilomètres à pied ou à vélo. Le parcours, balisé la veille par l’équipe des services techniques et plus particulièrement Daniel Ribouchon, était très plaisant, traversant de nombreux villages, parfois méconnus des participants.

Une centaine d’euros a pu être récolté et reversé à la Fédération Française de Cardiologie.

LE BUDGET

Dépenses réalisées en 2006, tous budgets cumulés

Pour faire fonctionner l’ensemble des services de la commune de GROIX en 2006 il aura fallu
3 300 000 €.

Bien entendu les recettes sont supérieures à ce chiffre, ce qui dégage un excédent cumulé de 972 000 € dont le seul budget principal : 580 000 €.

A propos du budget principal quelques chiffres importants :
- 53% des dépenses concernent les charges de personnel qui sont restées stables depuis 2004
- seulement 16 % (350 000 €) sont désormais nécessaires aux charges générales au lieu de 410 000 € en 2003
- pour information, nous versons 218 000 € à Cap l’Orient pour les charges des ordures ménagères et le fonctionnement de l’office de tourisme (180 000 et 38 000).
- aux différentes associations, écoles, CCAS, foyer logement, nous avons versé 224 000 €. (79 000 € aux seules associations sportives et culturelles locales).
- les investissements ont porté sur un total de 1 340 000 € : l’essentiel a porté sur les bâtiments communaux, les réseaux d’eau et la voirie (bien qu’il n’y parait pas encore).

La dette au 31 décembre 2006

Il est intéressant de constater que le niveau moyen annuel des investissements et l’annuité de la dette n’a pratiquement pas monté depuis 2001. A la date ci-dessus le remboursement annuel de la dette pour le budget principal est de 80 000 €. L’écart entre ces deux lignes montre que le recours à l’emprunt a été raisonnable, que nos investissements ont été bien subventionnés (28 € par habitant contre 21 € dans la région Bretagne) ; que pour l’essentiel c’est l’autofinancement dégagé qui a permis un bon niveau d’investissements : une moyenne de 1 800 000 € par an depuis 2001.

Aujourd’hui notre capacité d’autofinancement est d’un niveau jamais atteint par le passé et notre capacité d’emprunt reste bonne. Cette bonne situation financière permettra des investissements lourds : voirie, aménagement du bourg et des parkings, station d’épuration, rénovation et poursuite des consolidations de Port Tudy.

Mais cette bonne situation financière permettra aussi de poursuivre et d’amplifier l’action sociale qui concerne toujours les plus faibles et les plus défavorisés.

Investissements 2007

Le budget primitif 2007 (ou budget prévisionnel) voit ses dépenses de fonctionnement augmenté de 100 000 € soit + 5%. Cette augmentation volontaire porte pour une part importante sur la politique jeunesse au travers de l’UFCV : des moyens en fonctionnement de 65 000 €.

La municipalité prévoit des Investissements à hauteur de 2 267 000 €.

Le tiers des dépenses portera sur les routes qui ont en grand besoin : soit 730 000 €..

Le deuxième volet porte sur la construction d’une maison pour la jeunesse derrière la salle des sports pour un montant de 300 000 €. Le site permettra de réunir les différentes tranches d’âge tout en donnant la facilité d’utiliser les infrastructures sportives qui existent déjà.

Le troisième poste concerne les bâtiments communaux, dont le centre des services techniques pour 180 000 € et l’église pour 175 000 € (non compris les frais d’études et travaux déjà payés).

Le port

L’investissement sur le port sera de 695 000 €. Il concerne la cale adossée et le musoir du môle. Il est financé à 50 % par le Conseil Général, 20 % par la région et 30 % par le budget du port. A signaler que l’investissement en vidéo-surveillance donne satisfaction au plus grand nombre et que les voleurs, sur les bateaux de pêche et sur les bateaux de plaisance, se méfient.

Assainissement

Il est inscrit un total de 856 000 € dont une provision de 250 000 € pour la station d’épuration du Gripp, et 450 000 € pour les travaux de rénovation et d’extension de réseaux. A signaler que ce budget qui était largement déficitaire en 2001 est à ce jour excédentaire de 300 000 € qui seront bien utiles pour tous ces travaux désormais possibles.

DEUX CENTS PERSONNES RETENUES À GROIX

Dimanche 27 mai, environ 150 personnes n’ont pu rejoindre le continent, la Morbihannaise de navigation ayant annulée toutes les liaisons en raison d’un fort coup de vent. La municipalité a aussitôt regroupé les passagers à la salle des fêtes. Certaines personnes ont pu être logées chez l’habitant et les autres ont trouvé refuge dans les chambres de la base de Port-Lay. Des sandwiches ont été distribués et un petit-déjeuner servi, dis 7 heures le lendemain, à la cantine.

Nous remercions chaleureusement toutes les personnes, membres du personnel municipal et bénévoles, sans l’aide desquelles cet accueil n’aurait pu se faire et nous publions ci-dessous le message de remerciements que nous a adressé un des groupes qui s’est trouvé bloqué sur l’île.

"Les vingt adhérents de la section "marche, jogging" du patronage laïque de Recouvrance à Brest, en excursion sur l’île de Groix le dimanche 27 mai, "pris en otage" par les conditions climatiques souhaitent exprimer leur reconnaissance au maire, aux gendarmes, au personnel communal, aux habitants de l’île en général pour la réactivité et l’hospitalité dont ils ont su faire preuve dans ces circonstances imprévues. Une pensée particulière au cercle Celtique pour la soirée organisée au pied levé à la base nautique ainsi qu’au boulanger et au personnel du "Shopi" qui a dû faire des heures supplémentaires, sans oublier les gens mobilisés pour la circonstance (taxis, médecin, pharmacien).
Paradoxalement, nous garderons de cette journée un excellent souvenir.
A la prochaine, peut-être sous des cieux plus cléments."

TRAVAUX ET RENOVATION DE L’EGLISE

Rappel historique

L’église actuelle date de 1851. A cette époque le transept, le choeur et la sacristie avaient été totalement reconstruits. La paroisse (on disait la Fabrique) avait pris à sa charge les travaux de démolition et de fouilles des fondations ainsi que la fourniture des pierres de maçonnerie et de bois de charpente. L’abside fut faite en briques, le dallage en schiste de Groix ce qui le rend d’autant plus beau ; les différentes voûtes composées d’un lattis en sapin de Bretagne recouvert de plâtre.

Les travaux du XXème siècle

L’intérieur de l’église avait été restauré entre 1935 et 1939. Les travaux portaient alors sur la réfection des enduits et des voûtes : "construction d’une voûte romane constituée par des plaques en fibres imputrescibles et plâtre spécial, ignifugées et isolantes dans la nef, le transept et le choeur". Les dépenses se montaient à 60 300 francs totalement financés par la municipalité.

L’extérieur de l’église a connu les derniers travaux entre 1955 et 1957 dates auxquelles la totalité de la toiture avait été changée, ainsi que la réfection à neuf des trois portes de l’église puis de la totalité des enduits extérieurs. Ces travaux avaient été financés pour moitié par la municipalité et pour moitié par la paroisse.

Ceux du XXlème siècle

Après différents diagnostics sur l’état de la structure et les priorités à traiter, puis une étude de sécurité de l’édifice, enfin l’avis de l’architecte des bâtiments de France la municipalité a pris à sa charge les travaux suivants
- consolidation et traitement de la charpente dont une bonne partie était fragilisée.
- réfection de la toiture et particulièrement le remplacement de toute la zinguerie afin d’étanchéifier toute la partie sud de l’édifice. Les marchés sont signés et l’entreprise devrait intervenir en septembre.
- réfection à l’identique des peintures des piliers et du choeur. En effet, les piliers en pierres et en mât de bateaux, ainsi que la totalité du choeur, ont été décorés en 1885 par une technique mise au point en 1853 par l’école VAN DER KELEN à BRUXELLES. Les piliers avaient été peints en faux marbre type BRECHE par un artisan de cette école. Aujourd’hui, par une belle providence ou un beau concours de circonstances diront d’autres, la rénovation est assurée également par un ancien élève et ancien professeur de cette même école. Monsieur Thierry QUERO est installé comme artisan à LORIENT et a formé des élèves qui ont participé à la rénovation du Parlement de BRETAGNE à RENNES. Il réalise dans l’église un faux marbre "jaune de SIENNE", les socles des piliers en vert de mer.

Les chapiteaux, les arches et les corniches des balcons sont réhabilités par Bruno GIRAUD, artisan à GROIX L’ensemble des études et des travaux a été inscrit au budget de la commune pour 235 213 € dont 30 000 € pour la réhabilitation des peintures et des travaux de plâtres. Le Conseil Général a donné son accord pour participer à hauteur de 30%.

Un grand merci au Recteur GUILLO

Tous les autres travaux de peintures, de rénovation, de nettoyage : voûtes, bas côtés, boiseries, statues ont été pris en charge par la paroisse de GROIX. La municipalité tient à remercier le recteur GUILLO pour sa très grande implication mais aussi sa générosité dans les rénovations des chapelles de Locmaria, du Méné, de la Trinité et bien entendu de l’église paroissiale. L’ensemble de ce patrimoine commun est désormais bien préservé et a retrouvé un éclat depuis longtemps disparu.

PRIX ORANGE

Le 27 avril 2007, Eric Régénermel, maire de Groix, a reçu le Prix Orange des géographes des mains De Jacques Lescouat, président de "Géographes de Bretagne", pour la qualité du travail réalisé lors de l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme. L’équipe municipale a travaillé cinq années à la réalisation de ce document qui vient placer un plan d’occupation des sols qui n’avait pas été révisé depuis 20 ans malgré la loi littoral.

Le prix orange 2007 des géographes de Bretagne qui correspond à une initiative respectueuse et valorisante en faveur de l’environnement et de l’aménagement en Bretagne, est remis à la Commune de Groix pour son Plan Local d’Urbanisme.
.
Ce document innovant est résolument engagé dans "l’aménagement durable" permettant tout à la fois la greffe harmonieuse des nouvelles constructions autour des agglomérations existantes et la préservation forte des espaces naturels de l’ile.

Il peut, à cet égard, être considéré comme un exemple et un modèle pour les communes qui, comme celle de Groix, visent à travers cet aménagement qualitatif et économe de l’espace, à s’engager dans le développement durable.

PAUSES CAFÉ

Il y a eu beaucoup d’émotion et de richesse à travers les témoignages et les recherches approfondies présentées lors des pauses-café 2007 sur le thème de "GROIX PENDANT L’OCCUPATION". Les trois rendez-vous de Locmaria, Kerdurand et du bourg, ont rassemblé un nombre de personnes encore plus important que les autres années.

Les sujets sont aussi vastes que variés et retracent tant les drames comme les naufragés de "la Tanche" que le travail obligatoire, mais aussi les transports, le ravitaillement, les périodes et lieux d’évacuation, comment s’organisait l’école...

Si les principales personnes recensant les documents sur la période de l’occupation de 1939 à 1943 craignaient de ne pas trouver beaucoup de photos,
•_ les témoignages filmés recueillis par Gilbert Nexer,
•_ les documents recherchés par Jo le Port et Régis Leclerc,
•_ les documents fournis par des membres de l’association des cartophiles,
•_ la participation des autres "équipiers" des pauses café,
•_ et bien sûr le témoignage de nombreuses personnes, filmées ou pas ont permis de parler de cette période de Groix sous l’occupation dont les faits ont laissé des souvenirs marquants dans l’esprit des gens, des familles.

Les organisateurs" des pauses-café ont très vite vu l’ampleur du travail et ont choisi de séparer en deux parties toute cette période de guerre, soit, 1939/1943 pour les présentations de 2007 et 1943/1945 pour les présentations en 2008.

Lors des phases d’archivage ou de préparation, Yann Roland centralise les documents et les supports de travail pour mener à bien les pauses café dont l’objectif n’est plus à démontrer mais au contraire à approfondir.

Merci à toutes les personnes qui permettent d’avancer dans la préparation de ces grands rendez-vous où anciennes et nouvelles générations partagent ou découvrent ces faits incontournables de la vie insulaire.

NB : Si vous avez des documents, photos, témoignages... contactez-nous au 06-81-27-63-40 ou au 06-73-26-21-84

CLUB DES AUTEURS

Le CLUB des auteurs est un cycle de lectures ; d’échanges et de rencontres entre des jeunes auteurs dramatiques contemporains français, et le public. Cette année, les auteurs étaient en résidence d’écriture à Groix du 19 au 21 mai. Le public avait été invité à passer commande de textes auprès du club.

Sous les halles, durant le tournoi de palets organisé par "la groisillonne du palet", les 6 auteurs se sont présentés à la population et ont annoncé la lecture publique qui avait lieu le soir même à la librairie "l’Ecume des jours". Ils ont ensuite testé leur habileté au palet, conseillé par Jérôme Bouchacot, président de l’association.

Le soir, à "l’Ecume des jours", Jean-Michel Le Dily et sa troupe de théâtre ont présenté des extraits de textes des auteurs du CLUB. Le public était au rendez-vous, l’ambiance très joyeuse, et les acteurs très convaincants : Murielle Le Brun, Jean-Michel Le Dily, Evelyne Le Dref, Martine Netter, Mireille Pouzoulic et Guy Sauvaget ont conquis par la qualité de leur prestation.
Les amateurs ont ensuite laissé la place aux auteurs, et Fabrice Melquiot, Nathalie Fillion et David Lescot ont lu des textes aussi divers que passionnants.

Après un dimanche d’écriture et une rencontre avec les élèves du collège (qui avaient travaillé les textes de Marion Aubert), les auteurs ont repris le bateau pour une lecture de leurs textes dans le cadre d’une soirée cabaret-lecture au CDDB.

FETE DE LA MUSIQUE

L’association Musicanou, en collaboration avec la municipalité et les groupes de musique de l’île, organise la fête de la musique le samedi 23 juin prochain, à partir de 18h30, sur la place de l’église, près du puits.

Cette année encore, la variété sera à l’honneur avec plusieurs groupes, de répertoires différents : entre autre, les Renavis, les Gars d’la glacière, le nouveau groupe "Six", mais aussi la Kleienn, les musiciens du Cercle Celtique. La scène est ouverte à tous les musiciens amateurs qui souhaitent démontrer leurs talents durant 10 à 15 min, entre le passage des groupes.
.
Nouveauté cette année : la venue du bagad de Douarnenez. Les 25 joueurs de bombarde, cornemuse et caisse claire entameront un défilé dans le bourg vers 17h, 17h30 avant de réaliser une prestation devant la scène.

Les bénévoles de l’association Musicanou tiendront également une restauration sur place (sandwichs, merguez...) et une buvette.

Tous à vos instruments et rendez-vous le 23 juin !
Pour plus de renseignements concernant l’organisation, contacter le 02 97 86 50 01.

L’EQUIPAGE GROISILLON, VAINQUEUR DU DEFI DES PORTS DE PECHE

Quatrième à sa première participation au Défi des ports de pêche l’an dernier, premier cette année : un grand coup de chapeau à l’équipage groisillon qui a battu, à Boulogne-sur-mer, le bateau de Royan, vainqueur des trois dernières éditions.

L’équipage composé d’Erwan Dubois, skipper, Loïc Le Garrec, barreur, Albert Goarin, Thierry Orvoën et Jean-Marc Hess, patrons pêcheurs, Patrick Saigot, Marc Caradec et Christian Guyomar, aqualculteurs a été reçu par le maire et ses adjoints jeudi 7 juin. L’équipe de soutien était également présente : Stéphane Cabelguen, Michel Stéphant, Marie-Claude Guénal et Malou Goarin.

Le maire a salué la performance et l’esprit d’entreprise de l’équipe qui a su réunir les énergies, les compétences et les partenaires pour financer le projet. L’organisation d’un prochain Défi à Groix a été évoquée, en partenariat avec Cap Lorient. L’édition 2008 se déroulera en Corse, à Ajaccio.

STAGES DE TENNIS ETE DU 23/07/ 2001 AU 31/08/07

Cet été à Groix, des stages de tennis seront mis en place pour la première fois sur l’île !
Venez en familles, entre amis ou pour les plus jeunes, taper dans la balle jaune. La municipalité met à la disposition de tout public ses courts de tennis au sein du complexe sportif, dans un environnement idéal.

Encadrés par un professionnel diplômé d’état (deuxième degré), venez découvrir, vous perfectionner et vous amuser tout simplement en rencontrant d’autres partenaires.
L’organisation des stages se répartira selon plusieurs formules de 9h à 12h ou/et de 17h à 20h. Du lundi au vendredi, venez jouer à la carte selon vos envies. Pour plus de renseignements, nous vous invitons à contacter le professeur de tennis
Arnaud Pazat - 06 83 018131 - Arnaud.genitron@hotm

Cliquez ici pour rejoindre le blog