« Anita, de Groix »

"Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire"

Fonctionnement d’une usine de dessalement ?

Publié le 5 septembre à 18:19

N Roche « Le problème des procédés de dessalement, c’est qu’ils ont à la fois une empreinte énergétique forte, quatre à cinq fois plus importante que n’importe quel autre procédé pour produire de l’eau potable, et ils ont une empreinte environnementale aussi importante, du fait des rejets qu’ils peuvent projeter qu’ils soient hypersalins ou des rejets chauds » À Groix, l’agglomération a payé 800 000 euros. Le système est installé pour une durée de trois mois.

RFI 04/09/22 -

Commentaires :

1. mercredi 7 septembre 2022 à 07:412022-09-07T05:41:16Z, par vincent

Fonctionnement d’une usine de dessalement ?

« À Groix, l’agglomération a payé 800 000 euros ».

Ce coût astronomique pour le territoire m’amène un questionnement, devant ma bière du matin.

L’eau est absolument gratuite. On ne paie pas « l’eau » (contrairement à ce que notre facture pourrait nous faire comprendre).

On ne paie que son captage, son assainissement, son stockage, sa distribution, sa collecte et son traitement lorsqu’elle est usée.

Mais la « ressource » en elle-même reste gratuite (contrairement à l’essence par exemple).

Et je trouve parfaitement normal que « l’eau » soit gratuite, tant que son usage en est de satisfaire des besoins essentiels tels que boire, se laver, cuisiner, faire pousser ses légumes, voire des « besoins accessoires » tels que laver sa voiture...

Imaginons maintenant une usine qui produit de fausses castagnettes décoratives.

Imaginons que cette usine utilise de belles quantités d’eau pour produire ses fausses castagnettes décoratives.

Évidemment, ses fausses castagnettes décoratives seront vendues à une clientèle.

DONC, ce/cette responsable d’entreprise de fausses castagnettes décoratives utilise une « eau gratuite » (de plus en plus rare, et dont le « coût » pour les territoires est de plus en plus important) pour faire des profits financiers.

N’y aurait-il pas un sens à ce que cette entreprise-là paie son « eau » ? Contribution qui viendrait s’ajouter à celles qui luttent contre sa pollution par exemple.

J’ai pris un exemple volontairement débile. Pas utile de chercher sur le net combien d’eau il est nécessaire pour produire une fausse castagnette décorative ;o)

Mais ne coulerait-il pas de source de faire payer « l’eau » à toutes les entreprises qui utilisent ce bien de l’humanité - si rare déjà aujourd’hui - pour faire des profits financiers ?

Pour aller plus loin, on pourrait exonérer en partie de paiement de « l’eau », les entreprises dont les productions satisferaient les besoins vitaux et essentiels des humains.

Par exemple, la bière produite par une brasserie (qui utilise donc de « l’eau » gratuite pour faire des profits) ferait-elle partie des besoins vitaux ou essentiels ?

Crotte, encore un exemple débile…


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Prochains événements :

FIFIG 2022

Webcam sur Port Tudy

Météo

Marée

Derniers commentaires :

Archives

Secours