Retrouvez l’actualité de Groix sur le blog d’Anita :
https://ile-de-groix.info/blog


Accueil > ARTS, CULTURE & SPECTACLES

Cinéfîles vous propose "Wanda"

jeudi 6 mars 2008

en partenariat avec Cinéphare

Mercredi 12 mars à 21 h au Cinéma des Familles -

WANDA
Un film de Barbara Loden

Unique réalisation de Barbara Loden, actrice puis épouse d’Elia Kazan, ce film nous fait partager l’errance d’une femme qui quitte mari et enfants pour partir sans but particulier. Tourné avec très peu de moyens et en 16mm, le film est considéré comme l’un des premiers et des plus inspirés du cinéma indépendant américain.

Mariée à un mineur de Pennsylvanie et mère de deux enfants, Wanda ne s’occupe ni d’eux ni de sa maison, et passe la majeure partie de ses journées affalée sur le canapé du salon, en peignoir et bigoudis. Sans personnalité ni volonté, elle se laisse « divorcer ». Seule, sans domicile ni moyens de subsistance, elle erre sans but précis, et fait la connaissance d’un voleur, Dennis, dont elle devient la maîtresse et complice.
Porté à bout de bras, « Wanda » est un projet personnel qui tenait à coeur à Barbara Loden, réalisatrice, scénariste et interprète de ce long métrage qui demeure son seul et unique film.

Projeté au Festival de Venise en 1971, il en repartira avec le Prix International de la Critique. Il restera inédit dans les salles françaises jusqu’en juillet 2003.

Loupe grossissante de son époque, étude des moeurs de la fin des années 60 et du début des années 70 aux États-Unis, « Wanda » décrit une réalité sociologique : l’éclatement de la cellule familiale et la recrudescence des cas de divorces à la même époque, qui va marquer une génération entière, symbole d’une société en pleine crise morale et identitaire, comme le souligne avec beaucoup de pertinence les premières images du film.

Pourtant garante de l’autorité familiale, le personnage de
Wanda a perdu tous ses repères sociaux et affectifs et refuse de tenir ses responsabilités. La fuite en avant est alors sa seule alternative.
Ce qui peut paraître de prime abord comme une facilité révèle en fait une authentique volonté, farouche et affirmée d’indépendance, qui amènera pourtant nombre de féministes à ne pas se reconnaître dans ce film.

Commentaires

Cliquez ici pour rejoindre le blog