« Anita, de Groix »

"Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire"

Soirée hommage à J.L. Blain

Publié le 19 août 2014 à 22:15

Jean-Luc Blain ou « La Ballade de la mer salée »

Pour la première fois cette année, un “moustachu en chemise bretonne” comme l’appelaient nos amis kanak, ne “causera pas dans le micro”… Samedi 23, nous lui rendrons hommage en diffusant deux de ses reportages les plus marquants.
Après la projection, nous nous retrouverons devant le Tiki* à Port-Lay, autour de Jean-Luc Blain mais aussi de Lucien Kimitete, pour partager des paroles, de la musique et bien sûr le verre de l’amitié !
Une vareuse, une moustache, des yeux pétillants, un enthousiasme débordant et des coups de gueule tonitruants… Jean-Luc incarne l’esprit du Festival du Film Insulaire depuis sa première édition en 2001 et reste indissociable de l’histoire de notre aventure.

Quelques instantanés au fil des éditions …
2001 : Avec l’accueil du Pacifique, notamment des Kanak, Wallisiens et Marquisiens où il s’essaie dans le jardin de l’Esmeralda au cri du cochon en compagnie de son frère Lucien Kimitete, maire de Nuka HIva. Il avait auparavant fait dériver vers Groix une trentaine de Wallisiens en perdition à Paris après avoir loupé leur avion.
2002 : Groix invite Saint-Pierre et Miquelon mais aussi la Radio des îles dans la grotte et les jardins de l’Esmeralda. Un pari fou, une fréquence FM temporaire, une antenne récupérée à Monaco et des émissions faites par des “grands” de la radio comme par des groisillon(ne)s novices. De la passion en partage et des “bordées de rire autour des yeux”.
2004 : Haïti en pleine guerre civile. L’Esmeralda résonne des cris chantés de Bob Bovano et de la présence, magnifique et digne de Michèle Montas, veuve de “Jean-Dominique, l’agronome”. Un documentaire saisissant, hommage à une île, Haïti, à ses paysans et à une radio.
2005 : Port Lay. Le festival déménage, à l’initiative de Jean-Luc. Il croyait seul contre tou(te)s à l’installation du festival dans ce lieu aujourd‘hui si évident. Et cela s’est fait, aidé par un formidable équipage de bénévoles. Le Tiki aussi a voyagé de l’Esmeralda vers le haut de Port Lay, sur le dos de fous rigolards. C’est aussi le début d’une belle histoire d’amitié avec le Tara et son équipage et le choix, grâce à Jean-Luc, du port d’attache du navire à Lorient.
2006 : Madagascar. Là encore, les liens se tissent avec nos invités, notamment avec Bekoto qui nous invite chez lui, dans sa Grande île pour un mois de projections. Jean-Luc rayonne, grée des écrans, peste contre les Zébus et le groupe électrogène défaillant mais il est heureux.
A partir de 2008, Jean-Luc vogue vers d’autres aventures avec le Parcabout, une crêperie, un projet de radio, mais reste toujours présent au festival, par ses idées, sa voix, sa participation aux radios éphémères du festival, son amitié. Les histoires sont infinies…
Au cours de cette journée dédiée, vous en entendrez d’autres, vous vous souviendrez. Notre Festival ne pouvait rêver plus belle personne pour l’incarner. De la création de la première locale “France Bleu” de Radio France avec Radio Mayenne à France Inter avec “Paroles d’hommes” au côté du mythique Robert Arnaud avant de produire “Passerelles” avec Dominique Agniel, Jean-Luc aura écumé les mers, les guerres, les fractures du monde. Du bouge de Mindelo au Cap-vert où il aura, parmi les premiers, enregistré Césaria Evora, de la résistance Tamoul au Sri Lanka en passant par les rivières de sang des Tonton Makoutes à Haïti, Jean-Luc en aura raconté et reccueilli des histoires. Il les a vécues dans ses tripes et les a partagées comme telles avec ses auditeurs. Ce parcours, ses histoires, il les a mises au service du Festival, de Groix son île cœur. Avec un don pour entraîner les personnes les plus diverses, son “équipage” dans les aventures les plus folles.

Merci Jean-Luc ! Hatoup.
L’équipage.

Commentaires :

1. mercredi 20 août 2014 à 11:592014-08-20T09:59:12Z

Soirée hommage à J.L. Blain

- A 22h :
" 2001 – 2014 - La folle histoire du FIFIG "

Jean-Luc Blain avait formulé un jour le voeu de retracer l’histoire du Festival, le temps d’un film. Il a été entendu et nous vous proposons de revivre les 14 années de cette folle aventure, de cette histoire d’amour entre vous, nous, le cinéma et les cultures insulaires. Anecdotes, coups de folie et instants inoubliables pour un Festival dont l’histoire continue de s’écrire.

Le Fifig rendra hommage à Jean-Luc Blain, le samedi 23 après-midi (Port-Lay 1)


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Prochains événements :

FIFIG 2022

Webcam sur Port Tudy

Météo

Marée

Derniers commentaires :

Archives

Secours