« Anita, de Groix »

"Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire"

Nécrologie

Publié le 27 février 2020 à 15:03

« Le breton, ça ne s’écrit pas forcément comme ça se prononce, et on n’a pas plus le droit de faire des fautes dans les pages du journal…, avait lancé espiègle José Calloch pour qu’enfin on se mette à écrire correctement le mot Kouign pod. Et puis les mots bretons qui sont restés dans le français de l’île, ce sont des mots précieux. Il faut les préserver. »

Ouest-France 27/02/20

Commentaires :

1. jeudi 27 février 2020 à 22:00, par Mary

Nécrologie

José a " catcheté" avec ma grand mère .
Il voulait qu elle lui parle en breton et elle ,faisant partie de la génération à laquelle l état français avait interdit de parler sa langue maternelle ( née en 1899) lui disait ( en breton) ça ne sert à rien, il faut parler français.....
Heureusement, il a persévéré et rencontré des personnes qui l ont aidé dans sa démarche.
Je lui tire mon chapeau .
Grâce à des personnages comme lui , la langue bretonne est vivante.
Mon pt fils est en école bilingue et c est trop bien !!!!
Ce petit bout de chou qui prononce des mots que mes grands parents ont prononcé .....mes parents un peu moins et moi , un peu moins encore.......m émeut.
Mon papa disait " ganet ag echom" ( excusez l écriture)...
Sans rester où on est né, on peut garder dans son coeur , sa culture.
Bravo et merci à José, à jo et à tous ceux qui font que nous sachions d où nous venons et qui nous sommes.

Ps : tu me pardonneras mes fautes, hein, José ???


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Prochains événements :

Webcam sur Port Tudy

Météo

Marée

Derniers commentaires :

Archives

Secours