« Anita, de Groix »

"Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire"

La Brouette de Fine Trésor

Publié le 24 février à 09:32

Au siècle dernier, dans les années 50, c’est à Joséphine Yvon dite "Fine Trésor" que revenait la lourde tâche de s’occuper de régler leur pension aux marins. Employée par le Trésor public, elle avait sa maison (et son bureau) à côté de la maison de la Presse, au numéro 13 de la rue du général de Gaulle.

Lorsque Fine recevait les pensions d’environ 800 marins, le coffre de son bureau était bien trop petit pour contenir tout cet argent. Dieu merci il y avait dans la chambre de la grand-mère un assez grand placard. C’est là que Fine remisait l’argent. Puis elle fermait bien le placard et tirait devant la porte le petit lit de sa fille, Marie-Louise, alors âgée d’une dizaine d’années. Quand il fallait payer les pensions,Fine chargeait sa brouette de sacs de pièces et de billets et, escortée de Marie-Louise fière comme Artaban, elle traversait le Bourg et descendait ainsi jusqu’à l’inscription maritime (l’actuelle médiathèque).

- "Man Doué, disaient ceux qui la croisaient, il y a bien au moins 2 ou 3 millions (anciens bien sûr) dans sa brouette !"

Ils étaient loin du compte : c’était bien plutôt une soixantaine de millions qui traversait le Bourg en brouette car il y avait aussi bien les pensions des matelots que des capitaines au long cours. Arrivée à l’inscription maritime, Fine Trésor s’installait au bureau tandis que sa fille dehors faisait l’appel et laissait entrer les Groisillons par groupes de dix.

Fine était aussi chargée des allocations, qu’elle gardait dans le coffre de son bureau. Les gendarmes s’en émurent un jour : tant d’argent d’argent exposé au vu et au su de tous, quelle imprudence ! Alors on munit Fine d’un pistolet (à moins que ce ne soit un revolver ?) mais tout ce qu’elle réussit à faire c’est se démettre l’épaule en s’entraînant sur une cible dans le jardin. Alors Fine continua comme elle avait l’habitude."

Cette histoire m’a été racontée par sa fille, Marie-Louise Martin-Yvon.

- * "Trésor" se prononce à la groisillonne : "Trrésôrr" (on roule les R et on ferme le O presque comme un OU).

- Ce beau tablier en panne de velours bleu ciel orné de roses peintes c’est le tablier de mariage de Fine Trésor .......................................Elizabeth Mahé

Commentaires :

1. mercredi 24 février 2021 à 15:08

La Brouette de Fine Trésor

Connaissant un poil les galabrus de l’époque je m’imagine le sort du malandrin, si à l’ose il toucha à la brouette et un cheveux de Fine ...
Inimaginable ..

Stef...


2. mercredi 24 février 2021 à 17:14

La Brouette de Fine Trésor

Je dirais même plus : "Inimaginap’ !".............................. Elizabeth


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Prochains événements :

Webcam sur Port Tudy

Météo

Marée

Archives

Secours