« Anita, de Groix »

"Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire"

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Publié le 17 mars 2020 à 17:18

- Article 1 - L’accès à l’île de Groix est interdit jusqu’à nouvel ordre à toute personne non titulaire d’une carte attestant qu’elle est un résident permanent de l’île.
Un accès temporaire à l’île de Groix est autorisé pour les personnes assurant des missions de santé publique ou de service public ou aux personnes assurant une activité indispensable à la continuité de la vie sur l’île.

- Article 2 - Le port de plaisance de Port-Tudy est interdit, jusqu’à nouvel ordre, à tout plaisancier qui n’est pas résident permanent de l’île.
En cas de force majeure avérée, le port de Port-Tudy reste accessible pour se mettre à l’abri.

ARRETE MUNICIPAL N° 2020/028

Commentaires :

1. mardi 17 mars 2020 à 21:35, par LN

Conditions d’accès à l’Île de Groix

J’espère que les "réfugiés" résidents secondaires ou les gens avec les moyens de se payer un long séjour sur le caillou au grand air, sauront signer, après leur "aventure", les différentes pétitions soutenant Les Vrai(e)s Réfugié(e)s !

S’il vous plaÎt, ne venez pas foutre votre bordel et apporter votre parano dans nos magasins ( à Carrefour hier, c’était du n’importe quoi !! à Inter aussi j’imagine !! )

Du Civisme ?? ça a un sens encore ??

Vous n’êtes pas venu sauver votre vie, mais passer la période de confinement le plus agréablement possible ! Et je le comprends...... mais les règles sont les mêmes sur le caillou : ne sortez pas de chez Vous !!

Et Respectez les règles sans râler à peine arrivés !!


2. mercredi 18 mars 2020 à 10:36, par AYONS ONT ÉTÉ RAPIDEMENT DÉVALISÉ

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Encore de nouveaux maléfices des résidents secondaires ou touristes qui se sont "réfugiés " a Groix avant l’arrèté municipal ; jusqu’au bout , meme en période de confinement, ils viennent vous enmer ...sur le cailloux ! .A Nantes hier matin , a la superette du quartier et chez le pharmacien , c’était la "parano" la plus totale : file d’attente démesurée , personnes agressives , excitées , grossières ;tous les rayons ont été dévalisés ( en mémoire je revivais certains épisodes de l’occupation ou la rumeur courrait que l’épicier du coin allait recevoir un peu d’huile, c’était la ruée !!).
On a eu l’impression que de nombreuses personnes croyaient que le 1er ministre allait annoncer la fermeture de tous les commerces , meme alimentaires , avec les mesures confinement d’ou ce vent de panique . Espérons que le calme et la sérénité vont l’emporter dans les prochain jours .jvk


3. mercredi 18 mars 2020 à 11:57

Conditions d’accès à l’Île de Groix

eh oui, Jacques, on ne peut s’empêcher de regretter que notre période bénie soit raccourcie par ce fichu virus ! Les Groixillons ne se sont pas rués sur les rayons des supermarchés pour stocker du PQ ou autres, alors il est un peu normal qu’ils soient choqués quand ils constatent ce comportement de pillards !
Et quand vous compterez nos morts, en proportion excessive par rapport au NOMBRE D’HABITANTS, faute de médecins en nombre suffisant, de canot de sauvetage etc... vous aurez peut-être une petite pensée pour ceux qui auraient souhaité que les résidents secondaires aient un peu plus de sens civique.
AM


4. mercredi 18 mars 2020 à 12:00

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Un arrêté préfectoral a été pris ce mardi 17 mars par le préfet du Morbihan concernant la limitation des accès aux Îles.
Cet arrêté confirme l’arrêté municipal pris par le maire de Groix le même jour.

L’accès à l’Île est limité aux déplacements autorisés par le décret du 16 mars 2020.

En conséquence, il est confirmé que l’accès à l’Île n’est pas possible pour les personnes n’habitant pas l’Île de façon permanente.


5. mercredi 18 mars 2020 à 15:42

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Anita je comprends très bien que cette arrivée soudaine d’"estrangers" en morte-saison touristique soit un fort désagrément troublant votre quiétude habituelle a cette période de l’année .Il y a aujourd’hui sur OF , p.6, un article qui explique bien cette transhumance ; par contre il ne parle pas d’une autre cause possible , celle des parents ,qui travaillent ,et dont les enfants sont en vacances forcées ; ces derniers ont pu demandé aux grands-parents de partir dans la residence secondaire ou de prendre une location . Quant a l’allusion sur la ruée sur le PQ je la prends plus pour une anecdote qu’une réalité A MOINS QUE des personnes aient confondu "coronavirus" et "grippe intestinale" .jvk


6. jeudi 19 mars 2020 à 15:46, par Anne-Lise Bonnec

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Tous ceux qui se réjouissent que les Îles soient fermées à ceux qui y cherchent réfuge en ce moment, ont la mémoire courte en oubliant que les groisillons ont trouvé accueil hors de leur Île et nourriture à la fin de la 2de guerre mondiale. Et on parle bien de combat. Si le motif de santé publique est incontestable, ses conséquences cruelles devraient imposer le silence et la solidarité par la pensée pour ceux qui n’ont pas la chance d’être à Groix , qui n’appartient à personne.


7. jeudi 19 mars 2020 à 17:25, par Christelle Calloch Le Guillou

Conditions d’accès à l’Île de Groix

J’ai lu "Parce que je suis un parigot, un pestiféré, un "immigré"... et "il n’y a pas de solidarité Groisillonne" entre autre . Perso Je ne parle pas de solidarité je parle de confinement sanitaire pour sauver des vies ! c’est simple non ? et ben à priori non pas pour certains ... Pour moi tous les gens arrivés avant l’épidémie sur l’Île sont les bienvenues du moment qu’ils respectent le confinement qu’il soit Parisien ou d’ailleurs , qu’ils soient propriétaires , locataires etc ... qu’ils paient des impôts ou pas , je m’en fou carrément ! Par contre ceux qui se permettaient de regarder de travers des amis asiatique de les insulter à Paris dès l’annonce de l’épidémie en Chine et qui après ça allaient en promenade de "cluster en cluster" se faisant la bise ,promenade dans les parcs , sur les bords de Seine , dans les bars , se serrant la main , agglutinés l’un contre l’autre , serré comme des sardines sur les marchés etc ... Aucun geste barrière "bah non c’est juste une petite grippe hein ? Et ensuite à l’annonce du confinement vite tous à Groix en vacances , balade à la côte , à vélo , petit tour de bateau de plaisance , dévaliser la pharmacie et les magasins avec leurs gosses alors qu’il n’y a pas d’hôpital et très peu de personnel soignant à savoir qu’il y a beaucoup de personnes âgées et de personnes à risque dont ma mère et ben ça me rends folle de voir ça , c’est de l’égoïsme , de la bêtise , pure et simple c’est irrespectueux de la vie des insulaires !!!!!! à‡a craint...« « « Et dans quelques semaines, lorsque le blocus sera décrété car trop de cas sur l’une ou l’autre de nos Îles ( on ne saura pas trop pourquoi !!!), il n’y aura plus de « résidents »,même secondaires, juste des victimes prises au piège « sans l’avoir voulu « , les premiers à faire la queue sur le quai pour repartir, voire d’exiger d’être évacués car « ils paient des impôts » » » Lamentable ! Je ne vais certainement pas me faire des amis parmi les secondaires, pas grave j’ai l’habitude ... au moins j’ai le courage de mes opinions !


8. vendredi 20 mars 2020 à 01:46, par Caro

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Bonsoir,
Beaucoup d’émotion dans tout ça.
Bien sur, se réfugier est (devrait) être un droit.

Mais soyons sérieux, les réfugiés locaux n’ont pas la même motivation que les réfugiés qui prennent la mer méditerranée en canot pourri, entassé à 50,100, espérant juste vivre, manger, ne pas se faire tirer dessus. Ceux là viennent pour leur survie.
Nos "réfugiés" à nous viennent pour vivre plus confortablement une situation de confinement, qui ne met en rien leur vie en jeu, au contraire. Là où ils vivaient, ils pouvaient s’approvisionner.

Personne ne leur demande rien d’autre que de respecter le confinement, ici aussi.

voilà , c’est tout.


9. vendredi 20 mars 2020 à 12:59

Conditions d’accès à l’Île de Groix

.. Voila.. tenons nous à Caro ..

Fou...


10. vendredi 20 mars 2020 à 17:48

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Ouarf ! Pas tous en même temps sur mon dos hein !

Déjà que j’ai les g’noux qui berloquent !

 :-)


11. vendredi 20 mars 2020 à 20:03

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Bien vus les quelques lignes d’Anne-Lise B. Sans doute le Préfet a-t-il la mémoire moins courte que DY puisqu’il a considéré son arrêté illégal. Et qu’il a cru bon de publier un arrêté limitant l’accès aux Îles, conforme à la loi celui-là et emprunt de bon sens, qui n’introduit aucune discrimination entre les citoyens. Il suffit de le lire pour comprendre en quoi ce décret préfectoral dit bien autre chose chose que l’arrêté illégal du maire de Groix. Jean-Claude Jaillette


12. vendredi 20 mars 2020 à 20:08

Conditions d’accès à l’Île de Groix

que dit l’article 3 de l’arrêté du préfet ? Gh


13. vendredi 20 mars 2020 à 20:18, par Olivier

Conditions d’accès à[...LA MAIRIE DE...]l’Île de Groix

C’est plus de la déception (mais pour ça, il aurait fallu ne pas s’improviser candidat à peine 2 mois avant l’échéance électorale...), ni même de l’amertume : cela ressemble fort à de la rancÅ“ur.

Pour ne pas avoir à ronger son frein pendant six LONGUES années, mieux vaudrait laisser la place à un colistier moins amer pour représenter une opposition crédible.


14. vendredi 20 mars 2020 à 20:22

Conditions d’accès à l’Île de Groix

je suis surprise Oliv que tu n’aies pas repéré le superbe lapsus dans le commentaire
AM


15. vendredi 20 mars 2020 à 20:30, par Olivier

Conditions d’accès à l’Île de Groix

par magnanimité peut-être ?


16. vendredi 20 mars 2020 à 21:24

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Une fois de plus sur ce blog, on pratique plus volontiers l’attaque personnelle que le débat d’idées. C’est vrai que ça dispense d’avancer des arguments. JCJ, tête de liste Changer pour l’avenir de Groix et fier d’avoir été élu conseiller municipal par un tiers des votants.


17. vendredi 20 mars 2020 à 21:34

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Cher JCJ !

Qu’il est bon de vous lire en ces temps quelque peu troublés...
Je suis sûr que même le coronavirus doit accrocher un sourire à son adn en vous lisant ou en vous zyeutant de près comme de loin !!

Vous croyez vraiment que ce virus lit la loi concernant les restrictions concernant le passage bateau pour venir sur une Île, ou ailleurs, au même titre que le nuage radioactif de Tchernobyl qui n’a pas passé pas la frontière parce qu’il n’avait son passeport !?!?!?

Relisez bien l’article 3 du préfet qui donne pouvoir au maire concernant son autorité sur son territoire !....

Puis-je vous proposez de boire un coup à votre fenêtre, comme le propose librement Adèle Blancsec, en fêtant la vie et en remerciant tous les soignants qui luttent corps et âme contre cette petite merde invisible mais pourtant bien présente...

C’est souvent dans les moments difficiles que l’on peut observer la mentalité, la présence et la bienveillance d’un être humain...

Ne soyez pas comme tous ces gens qui pillent les rayons des grandes surfaces, même le PQ, au profit de leur....nombril...vous avez eu peur là hein...et soyez honnête à défaut d’autre chose !!!

J’avais d’autres arguments en tête mais...à quoi bon !!

Ma sÅ“ur est infirmière en rp et Å“uvre pour des gens comme vous ... je vous assure que si quoique ce soit lui arrive, je reviendrais vers vous en d’autres termes !.....

Flight GX


18. samedi 21 mars 2020 à 00:10, par Franck Le Gurun

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Ces trois premiers jours et demi de confinement auront à tout le moins permis, et ce, à tout niveau, de prendre conscience de la réalité. Qui n’aurait pas saisie l’opportunité de pouvoir vivre un confinement ailleurs qu’ en ville, en n’en ayant eu la possibilité ?
Bien sûr que le risque est grand et avéré. Les cas asymptomatique sont légion, nul ne peut prédire. Il y a encore cinq jours, rare étaient ceux qui de 24h en 24h, en mesurait l’ampleur. Je nourris une pensée à ces millions d’hommes, de femmes et d’enfants, confinés dans des appartements, à ces huis-clos physique et mental qui vont perdurer encore quelques semaines. Là est aussi la souffrance. Le parallèle avec la seconde guerre mondiale et l’accueil s’arrête là où l’accueilli fait mourir l’accueuillant. Et ce ne sont que les premiers jours.
Franck Le Gurun


19. samedi 21 mars 2020 à 10:31

Conditions d’accès à l’Île de Groix

" Sans doute le Préfet a-t-il la mémoire moins courte que DY puisqu’il a considéré son arrêté illégal"

Ce n’est pas une attaque personnelle ?

"
Une fois de plus sur ce blog, on pratique plus volontiers l’attaque personnelle que le débat d’idées".."
.

Mais personne ne vous oblige à y participer, vous avez bien un blog, utilisez-le donc si celui-ci ne vous convient pas.

JMD


20. samedi 21 mars 2020 à 11:38, par Lv

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Étonnamment, aujourd’hui 21 mars, des personnes non résidents à l’année peuvent encore prendre le bateau et sans raison répondant aux critères du gouvernement.


21. samedi 21 mars 2020 à 12:12, par Une « Groisillonne » résidente permanente depuis 15 ans !

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Il y a deux semaines, avant l’afflux des « Â Parisiens », race à présent honnie (toute épidémie a sa bête noire), certains « Â Groisillons » se serraient la main au marché, se parlaient à 10 centimètres du visage et se gaussaient de cette « Â grosse grippe ». À présent, c’est légitime, la peur a gagné, surtout si l’on considère la moyenne d’âge des « Â Groisillons » et on montre du doigt les comportements irresponsables. Mais sont-ils vraiment l’apanage des « Â Parisiens »Â ? Est-ce très citoyen d’aller tous les jours faire ses courses (à l’épicerie, à la boulangerie, au tabac-presse, chez le boucher) plutôt que d’acheter des provisions une fois par semaine, limitant ainsi les contacts ? Cette habitude de la sortie quotidienne est autant le fait de Groisillons que de Parisiens me semble-t-il. Et faire la leçon entre les « Â bons émigrés » qui risquent leur vie en traversant la méditerranée, et les « Â vilains émigrés » (Parisiens, Nantais, Rennais, etc.) qui ont l’opportunité de passer ce confinement autrement qu’entassé avec leur famille dans un petit appartement au risque de leur santé mentale est assez risible. On peut toujours parler d’accueillir les émigrés du continent Africain à son aise puisque leurs bateaux ne risquent pas de remonter à Groix ! D’ailleurs combien d’émigrés installés sur l’Île ?
Vouloir maintenir l’Île sous cloche est illusoire. Les Îles ont toujours été des territoires de passage, et, si elles ne le sont pas, ce sont de petites dictatures où règne le repli nationaliste ou des Îles désertes. Mais il faut bien trouver un coupable collectif aux maux dont on souffre à titre individuel. C’est dommage, à l’heure ou la solidarité doit régner. Alors, le jour où se présentera un premier cas de coronavirus, ce qui paraÎt inévitable, n’oublions pas que ce ne sont pas les « Â Parisiens » (= les étrangers) qui tuent, mais un virus, favorisé par nos modes de vie actuels. Tous les jours des habitants permanents de Groix, c’est légitime, vont sur le continent pour raisons de travail ou de santé, et en reviennent, augmentant le risque de circulation du virus. Idem pour les habitants qui étaient en vacances et qui sont revenus chez eux, là encore c’est légitime. Ceux rentrés de vacances peuvent être mis en quarantaine quelques jours. Mais les travailleurs ? Les personnes ayant besoin de se soigner ? Que faut-il faire ? Stopper le bateau ? Et alors comment nous soignerons nous ? Nous alimenterons nous ? A la crise sanitaire n’ajoutons pas une crise de haine avec des coupables tout désignés. La meilleure barrière contre le virus, ce sont les gestes quotidiens (lavage des mains, etc), la limitation des contacts. Une société vit avec des individus de toutes sortes, de toutes origines et la liberté de circulation dont nous profitions jusqu’ici a permis de s’installer où l’on veut. À ceux qui souhaitent une société de contrôle permanent où il faut montrer patte blanche à tous les coins de rue, où chaque immeuble est une Île où l’on reste entre soi, je conseille de déménager... en Chine.


22. samedi 21 mars 2020 à 12:28, par Daniel

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Sans vouloir polémiquer :

Extrait de l’arrêté préfectoral article 3 :

L’occupation des logements meublés non affectés à l’habitation principale est exclusivement réservée aux propriétaires et, en leur présence, le cas échéant à leurs enfants et à leurs parents.

http://www.morbihan.gouv.fr/content/download/46905/335289/file/SGAU-SIDPC-20031810290.pdf

Sauf erreur d’interprétation il ne parle pas de résidents "permanents" ou non et se trouve donc moins restrictif que l’arrêté municipal.

Les deux arrêtés sur ce point précis ne disent pas la même chose et sauf erreur (à nouveau) c’est l’arrêté préfectoral qui prévaut

(un résident secondaire qui confine sagement à Nantes...) :)


23. samedi 21 mars 2020 à 15:07

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Chère "résidente permanente depuis 15 ans",

Je parlais de beaucoup d’émotion dans les échanges, mais il me faut désormais parler de beaucoup d’agressivité.

C’est bien dommage, car comme vous le dites si bien, on ferait mieux de se serrer les coude. Et aussi de s’écouter (ou plutôt bien se lire correctement en l’occurrence)

Dans votre long texte agacé, je lis un passage qui concerne le post que j’ai rédigé, en réponse à Anne Lise [que je salue au passage :-)))]

Anne Lise faisait référence aux réfugiés groisillons mourant de faim après guerre : je trouvais la comparaison très exagérée.

Je n’ai pas fait la leçon comme vous m’en accusez entre " bon immigrés venant d’Afrique" et vilains immigrés venant de Paris ou Nantes". Si vous relisez bien, je refusais qu’on considère ces derniers comme des réfugiés.Ces personnes viennent vivre leur confinement plus confortablement, et je leur en reconnait le droit (tant que cela était autorisé bien sur). Or, depuis dimanche, LE CONFINEMENT EST DE MISE PARTOUT. Et s’il a fallu un arrêté (ou deux), c’est pourquoi à votre avis ?

Je précisais aussi qu’on demandait aux personnes déjà arrivées de respecter le confinement, ici aussi.
Et apparemment, vous n’avez pas été témoin des mêmes choses que moi. (je veux bien vous en parler, mais je ne sais pas si je vous connais).
Le comportement irrationnel et disproportionné de certains nuit aux autres....

En tout cas, vous me prêtez des intentions qui ne sont pas les miennes.
voilà , belle journée à vous, et gardons de l’énergie pour des choses positives... Comme l’apéro à sa fenêtre.... Déjà que ce n’est pas marrant.
Caro


24. samedi 21 mars 2020 à 15:18

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Et puis, pour finir, je voulais encore préciser que tout simplement, plus il y a de personnes sur un territoire, et plus on multiplie les risques. Ce n’est pas de la discrimination, mais des mathématiques... basiques.
Caroline


25. samedi 21 mars 2020 à 17:30

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Arrête tes conneries Caro !!!!

Se serrer les coudes en un moment pareil ... et pourquoi pas se faire la bise et se lécher la pomme pendant qu’t’y es !?!?....

Une dernière remarque à ’la résidence permanente depuis 15 ans’ .. ceux qui sont venus pour un confinement doré sont encore et toujours les mêmes .. ceux qui en ont les moyens financièrement parlant .. ainsi que la mentalité qui va avec !!....

Bon Caro, en parlant d’apéro .. t’as vu ça rime .. il est bien 19h quelque part dans le monde nan :))

God save the fucking Rock n’ Roll !!!

Flight GX


26. samedi 21 mars 2020 à 19:05

Conditions d’accès à l’Île de Groix

réponse au message précédent - toujours le mème schéma réducteur concernant les résidents secondaires : d’un coté les RICHES RÉSIDENTS SECONDAIRES (qui ne sont pas TOUS aussi riches que vous croyez ) et de l’autre les PAUVRES GROISILLONS (qui ne sont pas TOUS aussi si pauvres que ça bien que je n’ignore pas qu’un grand nombre d’entre eux vivent très "chichement notamment les nombreuses veuves avec de faibles pension de reverçion ou les famille avec enfant et faibles salaire : malheureusement cette situation n’est pas l’apanage de Groix ) jvk


27. samedi 21 mars 2020 à 19:54, par pilip

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Je vous envoi un message de soutien à la population groisillonne. En ces temps troublés, une épidémie galopante sur l’Île serait une catastrophe. Je n’ai pas la chance ou les moyens d’avoir (et c’est pas prêt d’être le cas) une maison sur l’Île, mais tous les ans depuis 21 an j’ai la chance de planter ma toile de tente au camping.
Tout cela pour vous dire que moi et ma famille aimons passionnément le caillou. Nous vous souhaitons juste le meilleur.
Bon courage à tous
Philippe


28. samedi 21 mars 2020 à 20:14

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Restez chez vous...réflexes de nombreuses personnes : je me déplace, je me bouscule sur les quais de gare, je traverse le pays...

voilà ce que de nombreux citadins ont compris dans ´restez chez-vous’

Je ne savais pas que les personnes possédant des résidences secondaires ici ou ailleurs avaient des conditions de vie dans des appartements si petits qu’ils sont invivables.

Salauds de pauvres qui vivent dans de magnifiques maisons au bord de mer...sans même penser aux conditions de vie si difficiles des pauvres propriétaires de plusieurs logements.

Il existe aussi des résidents secondaires qui sont restés chez eux... j’en connais. Le problème de fond c’est le manque d’éducation car il y a visiblement un simple problème de compréhension de la langue que nous partageons dans notre pays.
Il sera nécessaire de travailler le français...profitez de l’école à la maison pour mieux saisir les nuances de la langue.
Première leçon

Rester et partir ne signifient pas la même chose.

J’aime bien Brassens...le temps ne fait rien à l’affaire .

FLC


29. samedi 21 mars 2020 à 20:23

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Du coup il y a des logements vides pour abriter les sans abris en ville ?

FLC


30. samedi 21 mars 2020 à 20:31

Conditions d’accès à l’Île de Groix

* L’ostracisme n’est pas de mise, pourtant , c’est assez fou de remarquer
ce climat .

Fou..


31. dimanche 22 mars 2020 à 10:13, par PHILIPPE

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Bonjour,

Ha ces Français qui ne respectent rien !! ont nous dis "rester chez nous", c’est pas des vacances, c’est pourtant clair,

trop facile de venir sur l’ile et de dévaliser les deux magasins histoire de remplir les frigos des résidences secondaires, et ont faits du vélo, et on se balade en groupe, du n’importe quoi !!!!

CONFINNEMENT - RESTER chez vous


32. lundi 23 mars 2020 à 16:35, par Chantal

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Consternée à la lecture de ces commentaires … En résumé, haro sur ces s… de résidents secondaires qui osent venir avec leur virus et en plus dévalisent les rayons des supermarchés !
La contamination peut aussi bien venir de Groisillons travaillant sur le continent et faisant la navette ou encore de Groisillons rentrant de l’étranger ...
L’heure ne serait-elle pas plutôt à la solidarité ? à l’empathie ?
Il y a 20 ans environ, une grève du personnel de la CMN avait provoqué une rupture d’approvisionnement en denrées alimentaires, en plein mois de juillet de surcroÎt. A ce moment-là , personne n’a reproché aux grévistes leur irresponsabilité et pour cause, la moité d’entre eux étaient groisillons ! Les « Â braves gens » de l’Île (au sens de Brassens) ont fait le dos rond et attendu la fin du conflit. De fait, personne n’a souffert de pénurie.
En 2002-2003, la marée noire du Prestige a souillé les côtes groisillonnes. Bon nombre de résidents secondaires ont fait des centaines de kilomètres pour venir prêter main forte aux Îliens parce qu’ils chérissent ce caillou autant que les permanents.
En 2010, des résidents secondaires ont créé un festival de musique dont la renommée ne cesse de croÎtre, ils envisagent maintenant de créer une école de musique pour les jeunes insulaires.
En 2018, un résident secondaire a concrétisé un projet original de brasserie, sur ses fonds propres, permettant au passage de créer des emplois sur l’Île.
Faut-il rappeler l’impact économique des résidents secondaires ? Interrogez les commerçants, les artisans, les prestataires de services sur l’origine principale de leur chiffre d’affaires et la municipalité qui recueille leurs impôts… Ne vous en déplaise, Groix est incapable de s’en passer.
Quant à opposer les riches résidents secondaires aux pauvres résidents permanents, laissez-moi rire !
Les « Â vrais » riches ne viennent pas à Groix. Ceux qui y viennent appartiennent à la classe moyenne, leur habitation principale est souvent un appartement, parfois en location ; ils ont fait le choix d’acheter ou de faire construire à Groix par amour de cette Île.
Alors, oui, sans doute y a-t-il eu de la part de certains « Â réfugiés sanitaires » quelques attitudes inciviques. Faut-il pour autant leur jeter la pierre ? Entre nous, qu’auriez-vous fait à leur place ?
Une suggestion : (ré) écouter sur YouTube l’histoire du boulanger racontée par Fernand Raynaud.
Une résidente secondaire, non soumise à l’impôt sur le revenu, confinée dans son appartement lorientais, sans balcon ni terrasse, groisillonne de souche par sa mère.


33. lundi 23 mars 2020 à 18:50

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Chantal merci pour cette article. J’ avais l’impression d’etre comme Don Quichotte seul a me battre contre des moulins. jvk


34. lundi 23 mars 2020 à 19:43, par Jean-Yves BARON

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Bonjour.
Je suis à mille pour cent d’accord avec le commentaire de Chantal. Je ne comprends pas les commentaires excessifs (voir haineux) de certains de ceux qui s’expriment ces jours-ci sur ce site. Je suis moi aussi propriétaire (en indivision) d’une maison sur l’ile, retapée petit à petit au fil des années. A cette époque de l’année, j’y passe en général la moitié de mon temps. J’ai quitté l’ile durant la semaine précédant le confinement. Bien mal m’en a pris car je suis désormais confiné dans mon T3 (sans balcon) à Lorient, sans beaucoup de possibilité de prendre l’air, si ce n’est lors de la demi-heure de marche que je m’accorde un jour sur deux dans mon quartier. Si les autorités permettaient demain aux résidents secondaires de se rendre à Groix, Je n’hésiterais pas une seule minute. Je serais tout autant confiné, mais dans une maison avec JARDIN, ce qui change TOUT. Et cela ne m’empêcherait en rien de respecter les règles du confinement. Je vais sans doute m’attirer les foudres de certains des commentateurs… Mais bon, je prends le risque …
Cordialement.


35. mardi 24 mars 2020 à 10:17, par Vincent

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Beaucoup de commentaires sous le coup de l’émotion… et c’est bien normal…
Juste j’aimerais avoir une pensée pour tous ces soignants en première ligne, « Â confinés » dans des petits hôpitaux ruraux en manque de structures de ranimation, qui vont devoir regarder dans les yeux leurs patients condamnés à mourir.

Peut-être qu’avant auront-ils le temps de leur expliquer que l’ »exode » massif de citadins n’aura pas permis leur accès à une ranimation.
Et qu’il faut bien « Â choisir » qui aura accès au respirateur. « Â Vous, vous aviez dépassé l’âge »…

Oui, le confinement c’est de l’inconfort, et certainement plus encore.
Malgré tout, je me demande si la réaction « Â humaine » d’aller se confiner à la campagne, sur une Île ou ailleurs, n’est pas prise au mépris des règles de bon sens.
Pas toujours facile de réfléchir sous tension...


36. mardi 24 mars 2020 à 12:21, par Olivier

Conditions d’accès à l’Île de Groix

Bonjour Chantal, JVK, Jean-Yves, Anita & toutes et tous

J’espère que vous allez toutes et tous bien. Et que vous vous protégez et protégez vos proches et voisins, en restant, le plus humainement supportable, confinés.

La situation actuelle grossit fort démesurément les allergies de toutes sortes...

@ Chantal : vrai que la circulation à travers les Courreaux augmente les risques de contamination insulaire au Covid-19. Mais nos piètres gouvernants, emberlificotés dans leurs contradictions, nous intiment des injonctions paradoxales : Philippe 1er celle de rester chez nous, quand sa ministre du travail et celui de l’économie, celle d’aller bosser coûte que coûte. Je ne ferai injure à personne de rappeler le bras de fer qui se joue, ces temps-ci, avec les entreprises du bâtiment et leurs fédérations et autres syndicats. Et pour ce qui est des précisions les plus récentes, il ne semble pas qu’il y ait de changement, de ce point de vue ci.

L’empathie et la solidarité : il n’est plus à prouver que les Groisillons en ont. Il n’est que de voir et entendre ce qui se passe à Groix tout au long de l’année (et plus particulièrement hors saison touristique) vis-à -vis de nos voisins, de nos vieux, de nos potes et même de celles et ceux, résidents secondaires (voire simples locataires des trop nombreux logements de Groix) dont nous avons fait connaissance à l’occasion de périodes de vacances. Et que nous apprécions pour l’amour qu’ils portent à ce caillou. Ou de leur implication dans les activités associatives culturelles ou sportives, en période estivale.

Par ailleurs, tous ici, avons des amis et familles sur le continent. Parmi lesquelles des soignants fort éprouvés par les politiques de santé orchestrées par les divers gouvernements, depuis au moins 2008, qui ont fait le pari d’un service public de soin exclusivement comptable et rentable. Ce qui n’est pas, loin s’en faut, la mission de quelque service public que ce soit...

Il y a 20 ans...(plus d’une génération, donc, au sens démographique), il n’y avait que peu d’internet pour le grand public, aucun réseau dit social, ni même de smartphone, bref : ni outils, ni contenus pour les utiliser.

Et l’approche sociale en était fondamentalement différente. Aux solidarités via FB ou les plateformes de Crowdfunding (financement participatif) et autres cagnottes virtuelles, l’humain n’avait comme réseau social que son carnet d’adresse.

Et l’altruisme était tout autre ! En aucun cas virtuel...

Concernant les acquisitions de résidences secondaires, on ne va pas ici refaire le débat maintes fois soulevé sur ce blog et son ancêtre le site IdG.info. Cependant, la question sur la problématique du logement sur les Îles du Ponant -et, au-delà , sur les sites touristiques, plus généralement-soulevé par le récent collectif RESSAC, n’a pu échapper à personne. La réalité économique est cruelle et implacable : avec la vente d’un studio de 20m² en àŽle-de-France vous pouviez acquérir, jusqu’à il y a peu, une confortable maison groisillonne, certes à mettre au goût du jour, et un jardin attenant de belle dimension ; en tous cas, suffisante pour nécessiter l’emploi d’un artisan en espaces verts ou d’un engin de tonte digne d’un club de foot professionnel...Mais là aussi, 20m² de surface parisienne ne suffit plus, aujourd’hui, à permettre à des catégories socio-professionnelles de milieu de segment d’acquérir un bien en accord avec les aspirations écolo-responsables qui font florès sur le continent ou le coup de foudre procuré par un séjour des plus dépaysants. Les prix des quelques terrains encore constructibles sont des clins d’Å“il indécents à des populations aux moyens très au-dessus du revenu annuel moyen du groisillon, le plus bas du Morbihan, très inégalement réparti entre le golfe du Morbihan et les communes du centre-Bretagne, par exemple.

D’autant que le foncier, déjà rare sur le territoire fini qu’est une Île, est désormais contraint par un PLU tout beau-tout neuf qui en astreint drastiquement le développement urbanistique. Pour une seule raison : faire en sorte que Groix reste un territoire d’accueil, pas seulement pour les humains, grands salopeurs d’espace préservé (il n’est qu’à voir les détritus amoureusement laissés par les "promeneurs", habitués sans doute à ce que leurs merdes soient ramassés par d’autres dont c’est le lot professionnel). Mais surtout pour les autres espèces animales, notamment volantes, qui viennent y trouver refuge ou y décident de leur installation.

Alors, effectivement, chère Chantal, le commerçant groisillon est ravi de cette manne. Et espère bien que la saison touristique s’allonge au point de souhaiter, comme en municipalité, un "tourisme des 4 saisons". Et les entreprises du bâtiment aussi.

Les comportements d’une minorité de "réfugiés pandémiques" sont forcément grossis par le civisme de la majorité des autres, groisillons ou non. Et il ne faut pas s’étonner de tels écarts dans une société qui prône exponentiellement l’individualisme à outrance. Et en fait un dogme politique.

Et oui, jetons-leur la pierre, puisqu’en changeant de lieu de résidence, leur comportement ne se modifie pas, ni instinctivement, ni intellectuellement ! S’ils n’ont même pas conscience ni de l’exceptionnalité du moment, ni du lieu privilégié de leur confortable confinement, c’est à désespérer de l’humanité. Un intérêt non négligeable de la situation actuelle réside dans cette prise de conscience là , pour les nombreux à qui ça aurait échappé jusqu’alors.

Certains redécouvrent les vertus de la campagne. Paradoxalement, alors qu’ils ont choisi l’habitat urbain, certes pour de bonnes raisons : facilité de transports, emploi, zones d’activité commerciales périphériques. Et pendant ce temps-là , les centre-villes (ou centres-bourg) voient leurs activités commerciales fondre d’année en année, voire mourir. De sorte que les édiles municipaux, bien secoués ces temps-ci, déplorent que leur commune ne soit plus que des cités-dortoir. Le modèle des centres commerciaux, déjà sur une pente tellement descendante que les grandes enseignes radicalisent leurs stratégies marketing en diversifiant et laissant une part (de marché) de plus en plus prépondérante aux univers "bio", est moribond. Mais les actionnaires veillent à ce que l’agonie ne dure pas. Et comptent sur Christine Lagarde, patronne de la BCE, et les politiques économiques, en guise de soignants urgentistes au chevet de la grande distribution.

Et on nous parle encore, alors que les protections anti Covid-19 -POUR TOUS- sont en quantité famélique, de croissance économique. Décidément, tant à la base qu’au sommet des États, on n’a pas conscience de l’ampleur des dégâts que ne va pas manquer de provoquer ce fléau sanitaire. Et on se trompe de combat. Comme souvent. Comme toujours...

Je déplore votre confinement continental exigu. Mais vous n’êtes pas seule dans votre immeuble. Je vous suggèrerai donc, modestement, un "Co’Vide ton verre" (prescription, pour l’heure, hebdomadaire, le vendredi à 19h) avec vos voisins et une participation aux ateliers de confection de déco de l’association Idées Détournées ou toute autre démarche solidaire vis-à -vis des anciens de votre quartier. Nous prendrons soin, pendant le confinement, de tous les nôtres. Qui nous sont précieux.


37. mardi 24 mars 2020 à 13:07

Conditions d’accès à l’Île de Groix

merci Olivier de m’avoir dédié cet exposé mais .... tu aurais pu le garder pour l’offrir à quelqu’un d’autre car je ne crois pas avoir besoin de ces explications que je diffuse aussi par ailleurs (et même avec quelques compléments, car mon ancien métier me permet d’y ajouter le regard de soignant qui ne nous quitte jamais.) j’y ajoute la régularité de mes publications, ici et là ...
Hélas toutes ces infos, pas plus que celles diffusées par la grande presse, ne changeront rien à l’égoïsme voire à la bêtise de certains, tellement sûrs d’eux grâce à leur supériorité de possédants !
AM


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Prochains événements :

Webcam sur Port Tudy

Météo

Marée

Derniers commentaires :

Archives

Secours