« Anita, de Groix »

"Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire"

Julien Lauprêtre à Groix

Publié le 27 avril 2019 à 15:17

Interview par Alexandre Stéphant, alors correspondant de Ouest-France

L’avocat des pauvres est un fidèle de Groix

Julien Lauprêtre, l’infatigable président du Secours populaire français, jette l’ancre chaque été sur l’île de Groix depuis 51 ans. Rencontre

Entretien
- Quels sont vos premiers souvenirs du Morbihan ?

- C’était en 1954, je venais d’être embauché pour quelques semaines au Secours Populaire. J’avais réussi à trouver des vacances pour mes enfants. Un ami disposant d’un terrain m’a demandé si j’avais déjà fait du camping. J’avais une tente et nous voilà parti pour Carnac. Ce même ami m’a initié à la chasse sous-marine. J’ai vu un truc blanc, j’ai tiré, heureusement ce n’était pas la cuisse d’une jeune fille mais un bar... Me voilà devenu le héros du coin !

- C’est la chasse sous-marine qui vous a amené à Groix ?

- Oui, je m’en souviens comme si c’était hier. Un jour je vois traîner sur une table une carte sur laquelle je vois indiqué « Groix, paradis des chasseurs sous-marins ». C’était en 1962. Je mettais les pieds pour la première fois sur l’île.

- J’avais pris une location rue Zians dans le bourg de Locmaria. Je me souviens du nom de la propriétaire Phine Bihan. À l’époque c’était rustique notamment pour les commodités mais je me suis vite habitué aux pratiques du coin. Depuis, je reviens chaque année !

- Qu’est-ce qui explique cette fidélité à l’île ?

- J’ai arrêté la pêche à 78 ans. Je ne pouvais plus vraiment m’équiper facilement d’une combinaison. C’était la corvée.

- Pour autant, même si on m’a proposé d’aller en Corse où l’eau est plus chaude que sous le phare des Chats je n’ai pas déserté l’île car j’ai toujours trouvé ici un accueil chaleureux et des amis formidables.

- Imaginez entendre quelqu’un frapper à votre porte pour vous offrir en toute simplicité du poisson avec pour seul paiement l’organisation d’un bon repas entre amis ! Je ne connais personne qui ne soit venu à Groix sans y revenir.

- Avec ma famille, on a dû faire sept locations en tout entre Kermarec, Pen-lann ou Locmaria, toujours en juillet. Je ne suis pas un fanatique en général, sauf de Groix ! Je suis heureux de voir que ma fille a pris la suite en construisant ici.

- Comment avez-vous vu évoluer l’île ?

- Je dois dire qu’au début, ici, on nous appelait les doryphores. C’était à l’époque où il y avait encore une ou deux conserveries en activité et le tourisme peu développé. Si je n’en ai pas toujours souffert, en tant qu’ancien résistant ça me donnait des boutons.

- Grâce au réseau d’amis on s’est intégrés et je trouve que le climat a changé avec une ouverture plus grande vers l’extérieur.

- Il y a aussi une grande similitude avec le Secours populaire : lorsqu’il y a un coup dur, les Groisillons se serrent les coudent et savent faire preuve de solidarité malgré les divergences.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/l-avocat-des-pauvres-est-un-fidele-de-groix-1419735

Commentaires :

aucun commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Prochains événements :

FIFIG 2022

Webcam sur Port Tudy

Météo

Marée

Derniers commentaires :

Archives

Secours