« Anita, de Groix »

"Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire"

Festival International du Film Insulaire de Groix

Le samedi 20 août 2016 à 10h00

CINEMA DES FAMILLES

Films en compétition

- 10h00 : "L’île aux enfants de l’exode" de Sarath Lebas et Cyril Thomas- France - 2015 - 51 mn - (sous-titré en français) - Tourné sur l’île grecque de Lesbos.

Ils s’appellent Mary, Oussama, Ayman ou Jumana. Ils ont entre 5 et 15 ans. Ils arrivent de Syrie, fuyant la guerre et l’insécurité, espérant avec leurs parents trouver un avenir meilleur en Europe.
Échoués sur l’île grecque de Lesbos, sas entre deux vies, ces enfants nous racontent le calvaire des migrants, l’horreur de la guerre, leur rêve d’une vie plus douce. Des mots d’enfants, crus, émouvants, souvent drôles, parfois terribles, toujours déconcertants de sincérité.

- 11h20 : "Isolated" de Marcela Lizcano - Colombie - 2015 - 73 mn - Tourné à Santa Cruz des Islote.

Dans les Caraïbes colombiennes, se trouve un petitîlot artificiel créé par des pêcheurs africains arrivésdans la région il y a 160 ans. Ils ont construit cet îlot peu à peu, dans le milieu de l’océan, en utilisant un récif de corail, des coquillages, des déchets et des débris. Il est devenu la maison de 600 personnes. Il y a ni policiers, ni prêtres, ni médecins ou de traces du conflit armé colombien dans cet endroit très peuplé. Il y a 97 maisons où vivent 18
familles, et une petite place avec une croix au milieu en l’honneur du nom de l’îlot : Santa Cruz del Islote.

- 14h30 : "Atlantic" de Risteard O’Domhnaill - Irlande - 2016 - 80 mn - Tourné au Canada, Norvège et Irlande - (sous-titré en français)

Atlantic suit l’histoire de trois petites communautés de pêcheurs en Irlande, en Norvège et à Terre-Neuve, qui luttent pour maintenir leur mode de vie face à des difficultés économiques et écologiques croissantes.
Tourné dans la partie la plus éloignée de l’Atlantique Nord, ce film à couper le souffle retrace la vie des personnages les plus fascinants de la mer. Ces
insulaires sont au coeur du débat mondial des ressources halieutiques. Atlantic montre comment les communautés modernes doivent apprendre du
passé, afin d’assurer un avenir meilleur.

- 16h20 : "La Petenera" de Colin Solal Cardo et Robin Lachenal - France - 2016 - 34 mn - Tourné en Islande - (sous-titré en français)

La Petenera est un personnage mythologique pour les gitans d’Andalousie. Mi-femme mi-sirène elle consume le coeur des Hommes pour provoquer leur
perte. Cette sirène maudite est chantée depuis la nuit des temps par les joueurs de flamencos.
Alors, quand Pedro Soler et son fils Gaspar Claus partent en Islande pour l’enregistrer c’est le moment où se rencontrent la mythologie andalouse et
le mysticisme islandais.
Le film retrace cette rencontre entre carnet de voyages et expérience mystique.

Avant-première

- 17h25 : "Fuocoammare, par delà Lampedusa" de Gianfranco Rosi - Italie/France - 2016 - 109 mn - Tourné à Lampdusa - (sous-titré en français)

Samuele a 12 ans, il vit sur une île au milieu de la mer. Il va à l’école, adore tirer et chasser avec sa fronde. Il aime les jeux terrestres, même si tout, autour de lui, parle de la mer et des hommes, des femmes, des enfants qui tentent de la traverser pour rejoindre son île. Il n’est pas sur une île comme les autres. Cette île s’appelle Lampedusa et c’est une frontière hautement
symbolique de l’Europe, traversée ces 20 dernières années par des milliers de migrants en quête de liberté.

Soirée suédoise : Ingmar Bergman

- 20h45 : "Farö-dokument 1979" d’Ingmar Bergman - Suède - 1979 - 100 mn - Tourné sur l’île de Fâro - (sous-titré en français).

Paysans et pêcheurs parlent sans contrainte, totalement indifférents au fait que celui qui leur pose des questions est l’un des cinéastes les plus renommés du monde. Une interview d’étudiants, dans l’autobus de ramassage scolaire, fait ressortir que la plupart des jeunes ne veulent plus partir vers les villes mais au contraire rester au pays. A l’exception d’un garçon, retrouvé par Ingmar Bergman, qui déclarait en 1969 ne pouvoir vivre là où il n’y avait pas la mer et qui, aujourd’hui, habite un grand ensemble, conduit des rames de métro à Stockholm et est très heureux de cette nouvelle vie.

- 22h45 - "L’heure du loup" d’Ingmar Bergman - Suède - 1968 - 83 mn - Tourné sur l’île de Fâro - (sous-titré en français)

Johan Borg, peintre, et sa femme, Alma, s’établissent sur une île. Tous deux vivent là, isolés du monde. Un jour, Alma, sur les conseils d’une vieille dame sortie de nulle part, ouvre le journal intime de son mari. Elle y découvre ses fantasmes et les cauchemars qui hantent ses nuits.


PORT LAY 1

Coups de coeur

- 10h00 : "Njara Kely" de Michaël Andrianaly - France/Madagascar - 2015 - 59 mn - Tourné à Madagascar - (sous-titré en français)

A Tamatave, sur la côte est de Madagascar, Saholy est gérante d’une petite entreprise de cyclo-pousse. Elle s’occupe de ses conducteurs comme de ses propres fils et leur permet de trouver chez elle un foyer où ils se font materner.
Tourmenté par un passé difficile, Njaka cherche sa place au sein de cette grande famille. À 17 ans, il sait qu’il doit décider de son avenir mais se laisse
encore facilement tenter par la fumette et par les filles.

- 11h30 : "Svein a mula, l’Islandais qui n’avait plus d’essence" de Marine Ottogalli - France - 2015 - 45 mn - Tourné en Islande - (sous-titré en français)

Sveinn, jovial octogénaire des fjords du Nord-Ouest islandais, passe son temps dans sa station essence, à l’affût du rare client. Quand il se voit dépourvu de son hobby, restent les gestes et les habitudes de toute une vie tandis que sa femme et ses fils continuent le cours de leurs journées bien remplies.
Le temps s’étire et Sveinn termine un chapitre de sa vie pour retrouver son héritage familial. Le chapitre de la station essence de Sveinn se clôt mais la vie continue en famille.

Table ronde : Les îles pionnières

- 14h30 : "Samsø, l’électricité alternative" de Daniel Münter - Allemagne - 2015 - 52 mn - Tourné sur l’île de Samso.

Il y a 20 ans, l’île danoise de Samsø était confrontée à des problèmes économiques d’envergure : les revenus de la pêche et de l’agriculture baissaient, tandis que les coûts de l’essence et du fioul augmentaient.
A la fin des années 90, l’île a commencé à mettre en oeuvre sa propre politique énergétique : en combinant les énergies solaire et éolienne pour produire son courant et en utilisant la biomasse pour se chauffer, Samsø a pu, non seulement acquérir son indépendance énergétique, mais aussi exporter ses surplus vers le continent.

- 15h50 : "Orcades, la révolution bleue" de Christian Heynen - Allemagne - 2015 - 52 mn

Au nord de l’Ecosse, l’archipel des Orcades est balayé par les vents. Et les habitants l’ont compris, il faut utiliser cette richesse naturelle. Alors, les
éoliennes s’érigent aux quatre coins de ce bout de terre. Une centrale électrique à énergie marine a également été construite, le long des côtes. “Au
gré des vagues, cette machine se tord. Ses joints s’étirent, et se compressent comme une pompe à vélo. Ça envoie de l’huile dans un générateur qui produit de l’électricité“, explique Rob Ionides du projet Pelamis. L’installation fournit de l’énergie à 500 habitations.

Iles scandinaves

- 17h05 : "Faux tableaux dans vrais paysages islandais" de Solveig Anspach - France - 2004 - 55 mn - Tourné en Islande - (sous-titré en français)

Une histoire de faux en peinture, rien de plus banal sauf lorsque le théâtre de l’action est l’Islande, pays de 30 000 âmes à peine, où tout le monde est le cousin de tout le monde et ce, depuis des générations.
Le fait divers devient alors affaire d’Etat. L’enquête est la plus longue et la plus coûteuse de l’histoire de ce pays, faisant la une des journaux et créant un climat de suspicion généralisé où chacun ne peut plus regarder ses murs sans se poser la question : est-ce que mon tableau est un vrai ou un faux ?

- 18h15 : "Les réfugiés de la nuit polaire" de Charles Emptaz et Jonathan Châtel - France - 2015 - 60 mn Tourné sur l’île de Stamsund en Norvège - (sous-titré en français)

Au nord de la Norvège, sur une petite île de pêcheurs nommée Stamsund, s’élève le Mottakssenter, centre pour demandeurs d’asile.
Oussama, Syrien, et Salek, du Sahara Occidental, comptent parmi les cent-vingt hommes et femmes qui y résident après avoir fui la guerre, la famine, le fanatisme. Ils apprennent désormais le norvégien, travaillent à l’usine de poissons et attendent que l’Etat leur accorde ou leur refuse le statut de réfugié politique.
Alors que les uns ont perdu tout espoir, pris dans les filets du système administratif, d’autres luttent encore, pour s’intégrer dans un pays qu’ils découvrent au travers de la vie d’un village unique en son genre, à mille kilomètres de la capitale.


PORT LAY 2

Courts métrages - Compétition jury Jeune

- 10h00 : "Compétitions courts" - 90 mn


CONCERTS

Sur la scène du Tiki :
- 19h00 : "Les triplettes de Merville" - Jazz

- 22h00 : Ciné-concert en plein air "Finis Terrae" de Jean Eptein - France - 1929 - 80 mn - Tourné sur Ouessant et De Bannec

Finis Terrae, le dernier film muet réalisé par Jean Epstein en 1929, oscille entre poésie, documentaire et fiction. L’histoire se déroule sur les îles de Ouessant et de Bannec séparées par le passage du Fromveur. Le début du film présente quatre hommes qui travaillent à Bannec à la pêche et au brûlage du goémon dans un complet isolement. Par accident, l’un d’entre eux se blesse et tombe gravement malade…
Ce film s’offre aujourd’hui à nous comme une peinture d’une époque, d’un monde social, d’une vie bien particulière. La simplicité narrative permet de porter pleinement attention à l’aspect pictural des scènes, aux chorégraphies individuelles et collectives que forment les mouvements des personnages. Et la musique du duo Bleu Pétrole pénètre alors ce tableau pour y imprimer l’intensité et le rythme des états d’âme emportant protagonistes et spectateurs…

A l’usine de Port-Lay :
- 23h30 :"Cadencia Perfecta" - Cuba


EXPOSITIONS
ACCÈS LIBRE TOUTE LA JOURNÉE DE 10H00 A 18H00
SALLE DES EXPOSITIONS DANS LA COUR DE PORT LAY

Milla Koivisto - Illustration et vidéo - Finlande - Kaiku
La photographe, écrivaine et cinéaste Milla Koivisto présente un court-
métrage "Old woman" et des illustrations issues d’un projet audiovisuel réalisé
lors d’une résidence sur une île finlandaise.
Le projet intitulé Kaiku est au départ un récit fictif écrit par l’artiste où les
protagonistes féminines sont confrontées à la rudesse de leur environnent
insulaire ainsi qu’a l’isolement, source de questionnement intérieur.

Alice Aïssa - Dessin à l’encre de Chine - Groix
“Née en 1987, à Paris, je n’étais pas prédestinée au dessin.
A l’adolescence, je commence déjà à crayonner des bateaux.
A 20 ans, je profite de ma proximité avec le Louvre pour m’inspirer des
statues et des sculptures que je dessine au stylo bic... et d’expériences
professionnelles dans le monde du cinéma et du théâtre pour m’essayer à la
réalisation de maquettes de costumes, toujours au stylo bic.
Depuis 2013, je me suis lancée dans ce projet autour de la mer et des
bateaux, principalement à travers le dessin à l’encre de chine et tout en
commençant à explorer d’autres techniques telles que la gravure et la
linogravure.“

Medi Holtrop - Dessin à la mine de plomb - France/Norvège
Originaire de Norvège, Medi Holtrop propose aux festivaliers une série
d’autoportraits nus dessinés au plomb.
On y découvre la vision d’une femme libre à l’humour cinglant. L’artiste
se dessine nue devant un miroir, ce qui lui permet de s’interroger sur ses
pensées en passant outre la vision de son physique. “Quand on se regarde
dans le miroir, franchement on ne voit pas le nez, les yeux, la peau... Ce
sont les pensées qu’on regarde. On se parle de l’intérieur…“

Nicolas Nereau - Photographie - France/Norvège - Fishermen of Sørøya
La question de l’humain est au coeur du travail des artistes exposés lors
de la prochaine exposition du festival. Aussi Nicolas Nereau, lauréat de la Villa Marco Polo - créé par le festival de voyage Grand Bivouac à Albertville - propose, via son travail photographique, un témoignage sur le quotidien de pêcheurs insulaires norvégiens.
La série de photos, à contrario des oeuvres de Milla Kiovisto, ancre le
festivalier dans le réel. Les pêcheurs font face au climat particulièrement rude de l’île de Sørøya, qui dépend de la ressource halieutique.

Benjamin Chouteau - Photographie - France - Sur la Route des Balkans
La série de portraits en noir et blanc de Benjamin Chouteau nous dévoile la situation chaotique de réfugiés à Dimitrovgrad à la frontière entre la
Bulgarie et la Serbie.
Les jeunes hommes, fatigués, blessés, affamés, dévoilent un visage sans
artifice marqué par leur exil forcé.


CARTE BLANCHE. Le FIFIG accueille également le dessinateur syrio-palestinien Hani Abbas à qui nous confions une carte blanche. Il a dû fuir la Syrie et demander l’asile en Suisse où il s’est établi.
En mai 2014, il a reçu le Prix International du dessinateur de presse par
Kofi Annan à Genève.
Il continue de dénoncer les atrocités de la guerre et est actuellement
caricaturiste pour le magazine Hebdo.


Du 18 au 22 août : Présence de "L’Ecume" avec une sélection d’ouvrages d’auteurs nordiques.


L’ILE DES ENFANTS

Venir en famille au FIFIG, c’est possible. "L’île des enfants" accueille les plus petits et propose des films et ateliers crétifs.
Les plus grands pourront profiter d’une sélection de courts-métrages et participer à des ateliers d’initiation au Stop Motion (technique d’animation).


TARIFS

- Forfait Festival : 60 € - Tarif réduit (*) : 35 €
- Billet Journée (hors concerts) : 20 € - Tarif réduit (*) : 12 €
- Billet 6 séances : 25 € - (non nomitatif et valable tout le festival)
- Billet 1 séance : 6 €
- Billet concert (19 et 21 août) : 5 €

(*) - Adhérents du FIFIG, demandeurs d’emploi, étudiants et moins de 18 ans, titulaire de la carte Cézam, sur présentation d’un justificatif.


BILLETTERIE

- Sur place
- Sur le continent : (Forfait festival et billets journée)
- Fnac
- Office de tourisme de Lorient Bretagne Sud

Réservations

- Magasin U
- Carrefour
- Fnac
- Géant
- Intermarché
- francebillet.com


CAMPING

Gratuit au Gripp (*)
(*) - Sur présentation d’un billet journée ou d’un forfait festival


Pour plus d’informations

- Tel : 02 97 86 57 44
- www.filminsulaire.com

Prochains événements :

FIFIG 2022

Webcam sur Port Tudy

Météo

Marée

Derniers commentaires :

Archives

Secours