« Anita, de Groix »

"Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire"

Vote RN : moins diplômés, moins riches ...

Publié le 2 mai à 11:08

Selon J. Fourquet, plusieurs catégories socio-professionnelles se montrent de plus en plus perméables aux idées frontistes, à commencer par les ouvriers. En 1988, ces derniers n’étaient que 17 % à voter pour le Front national de l’époque.

La hausse massive du nombre de détenteurs du baccalauréat a rendu les non-bacheliers minoritaires. Les concernés ont vu leur éventail d’emplois se réduire considérablement. Conséquence probable : le parti d’extrême-droite a « capitalisé sur le ressentiment et le sentiment de relégation culturelle et sociale des publics les moins diplômés au fur et à mesure que le niveau éducatif moyen était rehaussé ».

Les citoyens titulaires d’un diplôme supérieur à un bac + 2 votent, au contraire, relativement peu pour le RN). Cette stabilité chez les plus diplômés est indubitablement liée au fait que les intéressés évoluent « dans un bain culturel et idéologique valorisant l’altérité, l’ouverture au monde et rejetant les postures d’autorité ».

L’électorat s’est réduit en revanche chez les étudiants et les retraités.

Marianne 28/04/21

Commentaires :

aucun commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.