Comme le pourcentage de maires qui avaient rempli à temps leurs déclarations (de patrimoine et d’intérêt) auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique. Migaud adresse au passage une mise en garde qui devrait motiver les futurs récalcitrants : «A l’avenir, ils s’exposeront à des sanctions, puisque, dès les prochaines élections départementales et régionales, un élu qui n’aura pas déposé sa déclaration de patrimoine sera privé du remboursement de ses frais de campagne.»

Libération