Nous avons des amis généreux : juste avant le confinement ils ont gentiment partagé avec nous la covid 19 dont ils étaient porteurs. Pour notre amie cela s’est traduit par 2 jours de grippe tandis que son mari restait asymptomatique. Pour moi ce fût un simple rhume et pour Guénaël aucun symptôme.

C’est donc l’occasion d’avoir au téléphone la fameuse brigade anti-covid qui va se charger de contacter les personnes que nous avons côtoyées. J’ai déjà préparé ma liste avec les numéros de téléphone.

La brigade anti-covid : "Donnez-moi simplement la liste des personnes que vous avez côtoyées alors que vous aviez des symptômes."

Moi :"Vous êtes sûre? Parce que la personne qui m’a transmis le virus n’avait pas encore de symptômes lorsqu’elle m’a contaminée. Et pour les asymptomatiques vous faites comment?"

La brigade anti-covid, inflexible : "Désolée madame mais je ne veux que les personnes côtoyées lorsque vous aviez des symptômes."

Moi, un brin agacée : "Eh bien c’est parfait, ça ne va pas faire grand monde alors car à partir du moment où j’ai eu des symptômes je me suis mise à l’écart forcément."

Manifestement ça a l’air de lui suffire. Quant à moi, je suis en train de penser qu’il vaut mieux que ce soit la covid-19 plutôt qu’Ebola qui ait déboulé dans nos vies : avec un tel protocole je n’aurais pas donné cher de notre peau.

En fin de quatorzaine, la brigade anti-covid reprend contact avec moi :
- "Bonjour madame, comment vous sentez-vous?"

Moi : "Très bien je vous remercie. J’ai juste une question ; mon mari n’a jamais eu les résultats de son test malgré nos coups de fil ou nos mails.
Comment les obtenir?"

La brigade : "Le mieux serait que vous alliez voir vous-même au laboratoire."

Moi : "Je pense que nous allons nous passer de ces résultats. Nous habitons sur une île et nous n’allons pas prendre le bateau et traîner sur le continent où tout est fermé pour aller chercher un morceau de papier."

La dame de la brigade éclate de rire : "Vous habitez sur une île? Et bien celle-là on ne me l’avait encore jamais faite ! Vous êtes de quelle région madame?"

Moi : "de Bretagne."

La dame de la brigade, étonnée : "Il y a des îles en Bretagne? Première nouvelle ! Vous réussissez à vous nourrir correctement au moins? Vous avez de quoi manger?"

J’hésite à lui confier ma recette fétiche à base de bouillon de carcasse de goéland avec un émincé de varech. C’est sûr, elle n’aura pas les ingrédients mais si elle remplace le goéland par une poule et le varech par des légumes, ça ne devrait pas être mauvais quand même..
Plus ordinaire certes, mais pas mauvais......................... Elizabeth Mahé