Lorraine Fouchet : "Lorsqu’on passe au bourg faire une course, on y reste des heures à bavarder. Ici, rien n’est étriqué, on prend le temps, on le partage. Je crois que tous les sentiments, toutes les émotions sont plus fortes à Groix. Il me semble que, depuis que je suis arrivée, seul le bateau a changé ! Je retrouve la même solidarité, la même noblesse. Ici les gens ne prêtent pas leur amitié, ils la donnent et il me semble, oui, que l’île a la même force qu’avant… Les Groisillons n’ont pas eu besoin du confinement pour être solidaires."

Ouest-France 30/08/2020