Une association culturelle qui marche c’est un groupe où le but annoncé est celui à atteindre, même si cela demande beaucoup d’efforts et de rigueur.
Mais c’est aussi un groupe où les occasions festives de regrouper la "troupe" ne sont pas dédaignées.
Voici donc le compte-rendu de la dernière initiative du Cercle : une randonnée bucolique narrée par la pétulante Elizabeth.
Cela mérite bien la case "Edito", non ?
AM

Ah, la "rando" du Cercle Celtique... (phrase à réciter avec des trémolos dans la voix, une pointe de nostalgie et beaucoup de fierté)
Tout a commencé le samedi 11 octobre :
Départ au 1er bateau, direction Saint Nicolas-des-Eaux, sur le Blavet où les propriétaires de l’unique bistrot, éberlués et encore en robe de chambre et charentaises (à moins que ça ne soit le costume traditionnel du pays ? ), voient débarquer 26 Groisillons en pleine forme réclamant cafés et chocolats chauds... car, croyez moi, tôt le matin, dans les terres, il ne fait pas chaud !

Et puis il a bien fallu y aller : 19 kms pour rejoindre le gîte donc pas question de traînailler.
Les Losq étrennaient leur canoë "fait maison" (gonflés, les Losq ! un canoë qui n’avait ja-ja-jamais navigué...)
Les cyclistes récupéraient leurs 13 vélos entassés dans le fourgon des Mahé
Et les marcheurs....marchaient !
19 kms entrecoupés de pause pique-nique, de pause-goûter, de pauses-portage du canoë aux écluses...
19 kms avalés sans problème par les enfants à vélo, heureux de jouer l’avant-garde du groupe...
19 kms de paysages magnifiques, baignés d’eau et de lumière...

Et puis le soir, à 800 m du halage, dans le sous-bois, un gîte confortable où passer la nuit.
Notre présidente nous avait dit : chaque famille amène un plat salé, un plat sucré et de la boisson. Nous, au Cercle Celtique, on obéit toujours à notre présidente, on va même au-delà de ses espérances... Ce qui fait que le repas fût pantagruélique, évidemment !
Cette rando magique s’est poursuivie le lendemain, au rythme des écluses. Et puis il a fallu se rapprocher de Lorient. Nous avons terminé par une petite visite à la citadelle de Port Louis et un gros goûter-pain d’épices à bord de l’île de Groix.

Un vrai dépaysement, cette rando et, nous l’espérons, la 1ère d’une longue série !
Un grand merci à Philippe le Peutrec qui a géré le ravitaillement en pain et le rapatriement des chauffeurs vers leurs voitures.
Elizabeth