Pour les 10 ans des Pauses-Café, l’équipe d’animateurs a choisi le thème de la pêche après l’époque des thoniers à voile.
Elle a réuni un stock impressionnant de photos de pinasses, chalutiers classiques et "pêche-arrière". Quelques films complètent la présentation.
Comme à chaque fois que les documents concernent des personnes encore présentes sur l’île, l’ambiance est attentive et les reconnaissances fréquentes.
Le témoignage d’Eugène Tonnerre et de son épouse Anita apportent les anecdotes qui égaient la présentation. Ainsi Eugène raconte : "ah, dans les "pêche-arrière", ça changeait des paillasses des pinasses, on avait de belles couchettes avec matelas, draps et couvertures, mais on allait rarement dedans : il arrivait qu’on soit trois jours sans arrêt sur le pont !"
Quand Anita raconte son expérience de deux marées à bord (c’est bien connu, les marins sont peu causants et, dit-elle : "je voulais voir pour comprendre comment ça se passait", Eugène ajoute : "quand des femmes étaient à bord et donnaient un coup de main à la préparation du poisson, elles allaient deux fois plus vite que les hommes !"
Les vues des chaluts ramenant à peine lâchés des tonnes de poissons suscitent aussi des commentaires sur la comparaison avec les maigres pêches actuelles et quelques constats sur les pêches intensives...
Anne-Françoise Calloch raconte la vie des femmes et des enfants de marins en l’absence de celui qui n’avait souvent de chef de famille que le nom, la mère étant dans l’obligation de tout gérer.
Même remarque qu’à chaque session des Pauses : beaucoup de cheveux gris, les jeunes ne sont décidément pas intéressés par l’histoire de leur île.