Bien que présumant que la majorité des opinions exprimées pensent traiter du fond en critiquant le contenu du rapport et de la forme en critiquant le contexte de cette enquête, j’ose affirmer qu’il faut placer fond et forme exactement dans l’ordre inverse.

Sans revenir sur toutes les aberrations techniques, scientifiques voire légales déjà relevées par différents Groisillons, je m’attarderai sur ce que je considère comme le fond : l’environnement politique de cette mascarade.

Quel crédit peut-on apporter aux institutions (préfectorales ou communautaires) qui nous proposent une enquête de deux semaines en période de fêtes sans même avoir respecté les procédures qu’elles ont elles-mêmes mises en place et avec un rapport bâclé par un commerçant en grosse difficulté financière. De là à penser, comme un des élus de l’opposition groisillonne, qu’il lui sera encore plus difficile qu’à un autre de donner un résultat contraire aux attentes du maître d’ouvrage...

extrait de son site : L’offre sur mesure d’IDRA ENVIRONNEMENT comprend le conseil, l’évaluation, la solution globale d’élimination des boues/sédiments/terres, de l’extraction jusqu’à l’exutoire final. http://www.idra-environnement.com/fr/accueil.php

Quel crédit peut-on apporter aux services de la Communauté d’Agglomération fière d’arborer sa "concertation" dans le cadre de la mise en place de son agenda 21, sous la responsabilité politique du maire de Groix qui se dit écologiste et ... scientifique ?

D’après ses dires, lors de la dernière réunion du Conseil Municipal, il semblerait que le président de Cap l’Orient lui-même aurait convenu que cette enquête était "mal partie" ce qui pourrait être traduit (et on l’espère) par la nécessité de reprendre toute la procédure.

Combien nous a coûté le premier épisode ? Combien nous coûtera le deuxième ?
Tant d’argent du contribuable dépensé pour l’escale d’une compétition à visée publicitaire amène à se poser des questions sur le sérieux de la gestion financière en période de vaches maigres (à part venir en aide à une entreprise en procédure de sauvegarde).

Il serait bon que nos élites cessent de penser que l’électeur lambda est un analphabète préférant faire la fête et se distraire de la morosité ambiante plutôt que se pencher sur les preuves du peu de considération qu’elles lui octroient.

J’espère seulement que Mr Métairie n’osera plus affirmer en public comme il l’a fait à Groix, que l’île est la cerise sur le gâteau de Cap l’Orient. Comme je le lui avais alors répondu, on voit à quel point il aime les cerises !

A. Ménard

Photo Bruno Corpet que nous remercions :-)