Une vingtaine de membres de ces commissions était présente ainsi que 6 élus. Edouard Bouin animait la réunion.

Chaque commission par l’intermédiaire d’un rapporteur a fait le point de ses travaux.

Il est très vite apparu que la plupart de ces travaux avaient fait l’objet de communications écrites soit directement à l’élu référent soit à l’agent chargé de la coordination de ces Commissions et que dans aucun cas, ces courriers n’avaient reçu de réponse.
Il semble que certains élus se contentent de contacts individuels et informels plutôt que de fournir une réponse au collectif.

Très vite aussi, il a été souligné que la démotivation gagnait les groupes quand ils se rendaient compte que les sujets sur lesquels ils réfléchissaient avaient déjà trouvé des solutions en mairie ou que les "feuilles de route" préétablies n’étaient pas respectées.

L’exemple malheureux du choix des bacs à fleurs a été longuement brocardé (mais cela ne nous a pas permis à cette occasion de savoir à qui l’on doit cette grosse boulette !)

Le manque de lien entre les différentes Commissions a été également pointé. L’animateur a fait remarquer que certaines d’entre elles devraient se regrouper quitte à travailler en ateliers.

Le risque de confusion dans l’esprit de certains membres qui confondent suggestion à soumettre aux élus et quasi-décision a été remarqué. J’ai rappelé que le maire avait été fort clair sur le sujet lors de la mise en place de ces Commissions au printemps de l’an passé et que les schémas sont (miracle) publiés sur le site de la mairie.
La communication par internet, souhaitée pour sa facilité par le plus grand nombre, n’apparaît encore que comme un gadget pour certains qui semblent préférer un document papier.

Edouard a souligné l’importance de mener parallèlement un travail écrit sur l’agenda 21 pour continuer celui bien avancé en 2007. Il a fait part de son constat du hiatus existant entre la position du maire très sollicité sur le continent pour son engagement "Agenda 21" et l’inexistence d’un suivi sur l’ile. On a constaté une confusion dans l’esprit de quelques uns qui voient l’agenda 21 comme un sujet à part alors qu’il doit irriguer le travail de toutes les commissions.
L’exemple de la construction d’un EHPAD neuf proposé en Commission Sociale (et alors écartée) a montré la différence entre travailler pour le futur ou faire du coup par coup qui ne peut absolument pas entrer dans le cadre du développement soutenable.

Une participante a fait le constat du manque certain de formation aussi bien des "volontaires" que des élus. Edouard Bouin propose de venir gracieusement une journée sur Groix pour essayer de mettre en place avec deux représentants par Commission une méthodologie. Une autre répond que c’est en acquérant l’expérience qu’on avance.
Le maire indique qu’il sera nécessaire à l’avenir de prévoir une aide même pour un temps limité pour théoriser tous les travaux. Il parle alors de l’évidence que ce ne soit ni un élu ni un citoyen donc quelqu’un de l’extérieur ce qui quelque temps plus tard apparaît cadrer avec la quasi offre de services d’E Bouin.
Je souligne que les contacts pas évidents d’emblée entre membres de Commissions qui, sans elles, n’auraient jamais eu lieu, montrent le bénéfice que chacun peut en tirer et qu’une commune qui souhaite améliorer les échanges entre ses habitants et entre ceux-ci et ses élus doit faire l’effort financier nécessaire.

Face au reproche réitéré au maire de manque de communication, E. Bouin confirme qu’il manque un lien entre ce que le maire pense comme des évidences et ce que les Commissions en apprennent. Un élu fait remarquer que certains projets doivent mûrir avant d’être confirmés et communiqués. Un autre affirme que dans le cas de l’élaboration du projet "accueil des jeunes", c’est aux professionnels de s’exprimer.

En conclusion, il est fait part de la nécessité de rétablir une communication humaine et conviviale, comme elle l’a été durant cette réunion où E. Bouin pointe de l’énergie qui ne demande qu’à servir la collectivité.

Il est suggéré que le rythme d’une réunion des Commissions tous les deux mois serait à respecter et une réunion plénière tous les 4 mois. Le rythme des réunions des ateliers sont à fixer dans chaque commission.

Je propose de communiquer à toutes les Commissions le nom des membres de chacune d’elles, ce que je pensais n’avoir pas été fait. Je présente encore une fois mes excuses à Melle Moullec, ce fichier m’étant parvenu fin juillet mais je n’ai pas su l’ouvrir et me suis laissée déborder par les activités estivales (et je n’ai pas été la seule...)

Je ne communique pas le détail des rapports de chaque commission, certains comme ceux des ateliers de la Commission Culture étant fort copieux. Il devrait être possible de les consulter sur le site de la mairie.

E. Bouin propose à l’assistance de participer à une conférence qui aura lieu au domaine de Polignac avec Pierre Rabhi le 5/10 à 20h30. Un retour par bateau taxi pourrait être prévu.

En résumé, malgré les malentendus* qui affleurent, cette réunion dense pourrait redonner l’envie à beaucoup de se remettre au travail.

* une phrase d’E. Bouin a fait réagir autour de moi (il a dit, peu ou prou, que les commissions étaient là pour suggérer des actions permettant de concrétiser le programme de l’actuel mandat municipal).
- certains participants pensent (moi itou) que faute des réunions de village promises, ces commissions peuvent essayer de faire passer sous forme de suggestions, des souhaits des citoyens (ou ce qu’ils croient en être)
- quelques uns ne sont là que pour exposer leur propre vision de ce que doit être la fonction des Commissions.
- autres différences : les pros (ou ex-pros) s’appuient sur leurs expériences, les courageux sur leurs lectures et d’autres attendent la bonne parole.

Le maire, confronté, une fois de plus, à cette demande générale d’information a cru bon d’ironiser sur ma position de "journaliste free-lance"...
"Journaliste", même free-lance, de, je le rappelle, un "site poubelle que personne ne regarde", c’est me faire beaucoup d’honneur :-((