« La centrale à gaz de Landivisiau tournera les trois quarts du temps pour compenser les baisses de vent, ce qui conduira au rejet de plus d’un million de tonnes de CO2 par an ! Donc, contrairement à ses objectifs, ce projet ne pourra à terme qu’accroître significativement le taux de CO2 dans l’atmosphère. Ôtez-moi d’un doute : vous n’allez pas céder aux sirènes des taxes éoliennes ? »

le Télégramme 16/10/20