Derrière Macron et Darmanin, il y a l’élection de 2022, où l’adversaire la plus redoutée par Macron s’appelle Marine Le Pen. En agitant le chiffon rouge zemmourien du "séparatisme", Darmanin n’a pas d’autre but que de lui piquer des parts de marché, comme naguère son modèle Sarkozy en créant un "ministère de l’Identité nationale". Les Darmanin succèdent aux Sarkozy. Les recettes restent désespérément les mêmes.

Le Matinaute @si 10/09/20