«Les promesses du gouvernement faites pendant la crise n’ont pas été tenues, particulièrement dans nos secteurs de la santé, du social et du médico-social. Malgré la preuve du rôle indispensable de nos services lors de la première phase de la crise sanitaire due au Covid-19 et à l’insuffisance de lits et de matériels, les revalorisations des salaires des premières lignes et particulièrement des métiers féminisés ne sont pas à la hauteur de leurs places indispensables dans notre société».

le Télégramme 31/08/20