"Il y a un tiers des perdants qui se trouve dans les 20% des ménages les plus pauvres en France. Eux ils perdent, parce qu’il y a un nouveau mode de calcul des APL, et qu’on gèle un certain nombre de prestations sociales." Cela représente en moyenne une perte de 300 euros par an.

France Inter 29/01/19 |