"Je vais sur l’île de Groix depuis que j’ai 15 ans. J’aime autant la Bretagne que les Bretons. Ils sont sincères, je me sens bien avec eux.

C’est le contraire des Américains. Ils ne vous prennent pas dans les bras comme au Club Med. Quand je rencontre des Bretons, généralement, la première chose qu’ils me disent, c’est "j’en ai rien çà foutre de ton métier". J’aime cette franchise, qu’on rencontre chez les Belges ou les Corses. Chez les insulaires, d’une manière générale.

Je ne pars en vacances que dans les îles. Je suis fasciné par l’insularité, ce sentiment paradoxal entre liberté et prison"

Télérama N° 3568