«Un jour, alors que j’avais 15 ans, je me suis pris pour un grand marin devant mes passagers, un marin qui pouvait réussir toutes ses manœuvres sous voile. Je me suis échoué à marée haute et le bateau a coulé.

On a tous été sauvés mais, le soir venu, j’ai entendu le fer de quille racler sur la roche et vu le bateau disparaître sous les eaux. Il ne faut jamais perdre de vue l’humilité que chaque homme doit avoir face à la mer ».

P. BODÉRÉ Le Télégramme 30-06-18-