Les associations utilisant le site doivent vider les lieux au 30 juin. Mais, si idées et pistes de travail existent, nul ne sait encore ce que deviendront ces locaux qui ne sont plus aux normes de sécurité. Le petit groupe de personnes à l’initiative de la réunion a évoqué l’idée de construire un collectif réunissant particuliers, associations et entreprises, afin de devenir force de proposition.

Ouest-France 30/06/18