Salle comble, et même "débordante" sous l’astucieux préau du Noroît et sur la terrasse où avaient été évacuées quelques tables, ceci par une douceur printanière précoce.
Comme le soulignait Fabrice : "Qui ose encore prétendre qu’il ne se passe rien l’hiver à Groix" ?
La vérité oblige à dire que la célébration de la fête d’un Patrick très entouré par ses proches, amis, collègues et pompiers (lendemain d’un évènement familial important pour lui ) a bien contribué à renforcer l’ambiance.
Il ne restait plus au groupe "Masq Ha Gazh" qu’à démontrer ses capacités à entraîner tout ce monde à chanter.
Pour danser, impossible... pas de place !

Une figure qui devient familière sur le caillou :-)

Je profite de ce post pour renouveler mes voeux les plus sincères à Patrick et à sa compagne, mon adorable petite cousine Guylaine.