île de Groix 4001. Malardig vit toujours

Une pieuvre tentaculaire cernée par des enfants joyeux, un orchestre monté sur un pick up, des dizaines d’enfants et d’adultes costumés... La fanfare des anciens des Beaux arts a fait parler les cuivres pour emmener la troupe d’adultes visiter les chapelles du bourg et de Port Tudy .
Le Télégramme 28/02/11

Les enfants ont défilé au carnaval, samedi
Les parents ont rivalisé d’imagination pour les costumes des enfants. Le centre de loisirs a apporté sa collaboration et le défilé est parti de l’Ehpad. L’animateur, Erwan, est allé saluer les résidents avec un groupe d’enfants. L’autre association mobilisée était les P’tits bouts de chou.
Ouest-France 28/02/11

Boues. «Dix tonnes de métaux lourds en plus»
«À partir des nouvelles analyses de 2011, comparées à celles de 2008, il y aura dix tonnes de métaux lourds supplémentaires immergés en mer ». «Les promesses de Cap l’Orient, de devenir un site pilote sur cette question, nous laissent sur notre faim», a conclu Gwénaël Le Gras.
Le Télégramme 28/02/11

Les pauses-café souvenirs soufflent leurs dix bougies
Il y a dix ans, les responsables souhaitaient rassembler les gens de l’île autour de leurs origines. « Ce qui nous a aussi motivés, c’est de pouvoir mettre en valeur le dur métier de marin-pêcheur. Certains étaient présents dans la salle et ont pu témoigner en direct », dit Yann.
Ouest-France 28/02/11

Guyader Gastronomie, la naissance d’un groupe
La conserverie Groix & nature est la seule activité de production de l’île. Elle emploie une dizaine de salariés, utilise du poisson de petite pêche.« C’est le développement durable de proximité, commente C. Guyader. Aujourd’hui, elle gagne un peu d’argent. Et offre un fort potentiel. »
J.P. LE CARROU. Ouest-France 28/02/11

Phares et balises. Sous haute surveillance
La bouée des Chats est dans un secteur particulièrement exposé. Le fond est caillouteux et la mer très forte à cet endroit. Il n’est pas rare qu’un coup de tabac vienne à bout de lests de plusieurs tonnes qui la maintiennent au fond. «On est jamais à l’abri d’une vague scélérate».
S. Paitier Le Télégramme 28/02/11

Situation financière du secteur nucléaire : qui va payer ?
Après des années de bataille médiatique pour faire accroire le faible coût de revient du nucléaire, EDF est pris dans le piège de fixer son prix pour la revente. Ainsi, EDF veut le faire tendre vers le prix de revient de l’EPR soit 50% plus cher. Le débat achoppe aussi sur l’intégration de l’enfouissement, dont le prix varie entre 15 et 35 milliards d’euros.
http://www.actu-environnement.com/