Retraites : près de 200 personnes ont manifesté

G. Le Gras, au nom du collectif citoyen à l’origine de la mobilisation, a décliné les revendications : maintien de l’âge actuel de départ en retraite, 37,5 annuités pour une retraite à taux plein, pas de retraite inférieure au Smic et les solutions de financement mettant à contribution les revenus financiers.
Ouest-France 08/09/10

20 000 personnes défilent en ville pour les retraites
Alors que la tête de cortège atteignait le bas du cours de la Bôve, les derniers manifestants étaient encore devant la médiathèque. On estime à 20 000 le nombre de personnes à avoir pris part au défilé revendicatif contre le projet de réformes des retraites.
Ouest-France 08/09/10
Grève. La rue ne bat pas en retraite
Dans la rue, la colère et le sentiment d’injustice, liés au fait que les efforts demandés ne sont pas entendus, sont partout. Ici et là, les critiques face à un «gouvernement autiste» vont bon train : «Woerth, prends ta retraite, tu le vaux bien !».
Le Télégramme 08/09/10
Manifs : record de participation dans le département
Lorient : Outre les habituelles délégations des services publics, de l’éducation, des chantiers navals, on notait la présence de nombreux retraités qui ont confié être là, pour l’avenir de leurs enfants et petits-enfants, ainsi que des salariés du privé.
Belle-Île : Avec 250 personnes à suivre la matinée de protestation, rarement manifestation n’a été aussi dense à Belle-Île.
Groix : Environ 200 personnes ont pris part à la manifestation contre la réforme des retraites. Un cortège plus fourni que le 24 juin, dans lequel des retraités, des territoriaux mais aussi des salariés du privé avaient pris part.
Ouest-France 08/09/10
Retraites. Plus de 350 000 manifestants dans l’Ouest
Les comptages effectués par les journalistes de Ouest-France dans l’ensemble des villes de l’Ouest donnent un total de 350 000 manifestants dans l’Ouest, en comptant Nantes. La mobilisation bat des records, comme à Pontivy (3000).
Ouest-France 07/09/10
Paroles de manifestants
«C’est le financement des retraites qui m’inquiète. C’est une injustice, tout est pris en charge par les salariés».
Claudine, 56 ans diététicienne : «Dans mon métier je suis moins concernée que les autres. Les dés sont faussés, il faut trouver une solution plus juste».
Emilie, 26 ans employée : «Il faut faire entendre la voix des jeunes. On est les dernières chaînes du maillon, les plus concernés. Et les plus exclus du travail».
Guy, 40 ans, électricien dans la Marine : «Mon métier est difficile et pénible. Je suis électricien à bord des bateaux. On travaille dans les fonds, on est à quatre pattes. En plus on a l’amiante».
Le Télégramme 08/09/10

Les adieux au recteur
A. Guillo, très peu à son aise avec les hommages qu’il reçoit depuis l’annonce de son départ, manie avec finesse un humour qui ne saurait trahir son émotion. Il faut dire que ce week-end, les marques de sympathie se sont multipliées. Le conseil municipal l’avait reçu d’abord en mairie.
Ouest-France 08/09/10
Ambroise Guillo : « Je vais laisser mon coeur à Groix »
J’ai été heureux ici, très heureux. La chaleur humaine des Groisillons m’a marqué. Je me suis attaché à aller vers tous. Les fidèles bien sûr mais aussi vers ceux qui ne mettent jamais les pieds à l’église. Aujourd’hui face à toutes les marques de sympathie, je réalise les liens forts qui se sont noués.
Ouest-France 08/09/10
Hommage unanime au recteur Guillo
Entendant toutes ces louanges, le recteur, qui avoue avoir été très heureux à Groix durant ces neuf ans, s’étonne de ne pas être canonisé. De nombreux cadeaux, des chants et une ovation de toute la salle clôturent cette cérémonie.
Le Télégramme 08/09/10

Toujours plus de ménages surendettés en France
Le nombre de dossiers de surendettement déposés a crû de 20%, observe La Tribune. Le surendettement touche de plus en plus de personnes âgées et il fait suite à un événement de la vie tel qu’une perte d’emploi, une maladie ou un divorce, et non à un excès de crédit. Par ailleurs, on observe un vieillissement des personnes surendettées.
Le Figaro 08/09/2010

La pénibilité au travail, une notion complexe à définir
Ainsi, bien que le travail de nuit ou en rythme alternant soit la pénibilité le plus répandue, ses conséquences seraient insuffisamment prises en compte par la loi. Un travailleur sur cinq est concerné par ces horaires atypiques. Or, plusieurs études ont démontré qu’un tel mode de vie augmentait le risque de souffrir de troubles digestifs ou du sommeil, mais également d’accidents cardiovasculaires, de dépression, voire même de cancers.
Pauline Fréour Le Figaro 07/09/10

Polémique autour de la pêche certifiée "durable"
Daniel Pauly signe un article polémique qui remet sévèrement en cause le fonctionnement du MSC, le principal label garantissant "une pêche durable et bien gérée" dans le monde. Selon les auteurs, l’écolabel "ne tient pas sa promesse", en apportant sa caution à des pêcheries industrielles destructrices de l’environnement, et devrait être "radicalement réformé".
Gaëlle Dupont LEMONDE | 06.09.10 |