"Populaire" ? C’est ce qu’ont dû se demander les 250 convives qui ont découvert les 24 recettes différentes proposées par les soupiers.

Précisons pour les récents "néos" qu’Ile de Groix 4001 est une association qui propose des animations hors saison, gratuites (et sans subvention).
Le but, lors de la fête de la soupe, est de rappeler les fondements de la solidarité : des Groisillons (je le rappelle, ainsi sont dénommés les habitants de Groix) des Groisillons, donc, offrent à la dégustation la soupe qu’ils ont concoctée après avoir payé leur cotisation. Les goûteurs eux se fendent à leur gré d’une petite pièce au bénéfice de l’asso et peuvent également se procurer l’affiche créée chaque année par la graphiste Corinne Sévelec.

Photo Ouest-France

De même, la fanfare groisillonne joue gratuitement pour accompagner certaines animations. Elle est venue soutenir Ile de Groix 4001 pour accueillir les visiteurs, mais a continué bien plus longtemps, entraînée par la bonne ambiance sur scène et dans la salle. Palette surprise, et ses piliers, offre les éléments de décor du lieu.

IDG 4001 a accueilli une fois encore Ilona Stefani qui vendait ses pains bio au profit de l’association "La lanterne magique’.

Photo Le Télégramme

La règle pour les cuisiniers est : "produits locaux et de saison". Samuel en a donné un bon exemple avec son excellent potage aux champignons, ramassés dans les prés de Piwisy. Comme chaque année, les goûts des invités étant obligatoirement différents, le palmarès informel offre de la variété mais comme d’habitude, il n’y a ni jury ni classement.

Photo Hocine Saad, que je remercie

Au bout de 9 éditions, l’imagination commençait à me manquer aussi, influencée par les évènements qui secouent la planète en ce moment, j’ai dédié ma création aux Amérindiens et utilisé du maïs, des poivrons, du lait de coco et, parmi d’autres épices, du piment "merken del volcan" qui m’avait été offert par les jeunes Chiliens venus participer au dernier Fifig. En conséquence, je l’ai baptisée "Désobéissance civile". Rien que ça a dû éloigner trois ou quatre "culs serrés" qui l’ont dédaignée d’un air pincé. J’ai repensé à ma dernière analyse sociologique des derniers "envahisseurs".

En matière de sociologie, les élites municipales présentes ont dû remarquer que la plupart des jeunes créatifs de l’île étaient parmi les généreux officiants. Peut-être ont-ils aussi pensé qu’il manque à chaque fois de "cotriades", ce qui expliquerait peut-être l’absence remarquée de "traditionnalistes"...

Puisse ce genre d’évènement se reproduire, même si pour ce faire, il faudrait un peu plus de bénévoles dans l’association.

P. Scr : Merci aux visiteurs de ce blog, inconnus de moi, qui sont venus à cette occasion me dire à quel point il leur est indispensable :-)