« Ce qui m’intéresse, commence Lorena Cisneros, c’est comment divers regards sur un même territoire peuvent cohabiter. Comment les randonneurs, les pêcheurs, les baigneurs par exemple utilisent et imaginent le littoral ? J’ai rencontré vraiment tout type d’habitants… Chacun et chacune porte sa propre représentation de l’île », conclut Lorena sans oser pourtant encore tirer de conclusions : « Je dois écrire mon mémoire, puis je reviendrai à Groix le présenter… »

Ouest-France 22/07/19