Ne vous laissez pas rebuter par ce titre intrigant. Le livre de Samuel, qui a trouvé à Groix le lieu idéal pour accoucher de ce roman, est petit en nombre de pages (et en coût), mais lourd d’une histoire peu banale et de multiples ouvertures de réflexion.

"j’ai appris la mort de mon père quand j’étais cuisinier, j’ai voulu écrire un texte autour de ce moment, en mettant en scène ce jour. Il y a donc une part autobiographique du texte mais ensuite j’ai pris de la liberté par rapport aux événements. Et puis l’idée était de travailler mes souvenirs avec mon père au filtre de la cuisine qui est le fil conducteur du texte…"
Ouest-France

Après avoir exercé mille petits métiers, Samuel Poisson-Quinton s’est emparé des Lettres. Bien lui en a pris. Car il possède une âme, ce qui est de plus en plus rare chez nos contemporains. Et pas seulement les plumitifs… ainsi nous offre-t-il un récit poétique en décalage. Une œuvre hors sentiers courus par les germanopratins qui pétille d’amour impossible. D’amour tu. Les sentiments trop forts ne fusillent-ils pas les relations familiales trop souvent ?
Annabelle Hautecontre Gallimard

en vente à l’Ecume of course !!