Jean-Michel Le Boulanger

Après que la représentante des îles invitées d’honneur eut exposé comment se pratiquent les activités culturelles sur les Iles de la Madeleine, le maire de Groix a annoncé qu’il pourrait enfin apposer sa signature sur l’acte d’achat du Cinéma des Familles avant la fin de l’année.

Il en a profité pour rappeler au vice-président de région chargé de la culture qu’’il lui semble bien qu’il existe toujours une "petite" cagnotte pour venir en aide aux achats immobiliers culturels des îles. Ce à quoi JM Le Boulanger a répondu : "Il sait où me trouver" tout en ajoutant qu’il aurait sans doute aussi par la suite une demande pour l’équipement et le fonctionnement. Celui-ci étant prévu pour être assuré par Cinéf’iles, c’est Françoise Martin qui a précisé qu’il leur faudrait un salarié au moins à temps partiel, l’équipe de bénévoles risquant de s’essouffler. Elle a également fait part des chiffres de fréquentation hivernale qui sont plus qu’honorables : 45 séances et une moyenne de 85 spectateurs/séance.

Le représentant de l’Ile d’Yeu a communiqué sur la gestion municipale des activités culturelles hors saison d’été. Il a précisé que le transport des artistes et leurs équipements était GRATUIT. Heureux Vendéens qui ne pratiquent pas Océane ! Le Conseiller régional a précisé que depuis peu, gestionnaire des transports maritimes, la région pourrait revoir le problème.

Il a néanmoins tenu à assurer que la Région n’était pas qu’un guichet ni des automates pour l’aide financière aux projets culturels. "Vu l’évolution de la société, de plus en plus fragmentée et consumériste, en perte de sens, des associations comme Cinéf’îles, le FIFIG et INIZI apportent des questions, des doutes, mais aussi de l’émerveillement et des moments de passion partagée. On a besoin de projets artistiques dans une société en crise. L’équité territoriale impose que la commune, le département et la région aident davantage des associations comme Cinéf’îles plus qu’un cinéma de Rennes par exemple. Les gens de Groix ont droit à leur cinéma avec sa vraie programmation."
L’élu régional rend hommage à Oleg Svetov luttant avec sa très longue grève de la faim contre la remise en cause du geste artistique.

Sylvain Marmugi profite de l’occasion pour appeler une nouvelle fois les associations à participer au Collectif qui réfléchit sur l’avenir de Port-Lay en apportant idées et projets.
Il souligne aussi la nécessité de travailler avec la commune pas seulement sur les financements mais aussi sur une politique vraiment culturelle.

Un membre de Musique à Groix fait remarquer que l’accueil des artistes repose largement sur le bénévolat pour l’hébergement.

Il est indiqué également qu’il est aberrant que les frais de transport dépassent largement le cachet des artistes pour des animations dans les bars.

François Baron raconte l’épisode de l’exclusion de l’équipe des Sénans venue expliquer leur souhait d’installer une production d’énergie renouvelable sur leur île. Il manifeste sa surprise de ce procédé dans un Festival qui se dit culturel : la culture c’est aussi partager des connaissances sur des sujets d’environnement.

La représentante des îles de la Madeleine renchérit en affirmant que face à la solidarité à recréer, la culture est une solution.