"Anita de Groix"

"Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire". George Orwell

"Anita de Groix"

"Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire". George Orwell
ARCHIVES

Lorient. La contestation mouillée, pas noyée

JPG - 39.8 ko

Les absents d’hier auront à nouveau l’occasion de démontrer leur détermination en deux occasions : lors du rassemblement du 5 octobre (à 18h sur le pont des Indes) à l’occasion duquel le projet de réforme sera symboliquement jeté à l’eau et le mardi 12 octobre, date du prochain grand mouvement national de contestation.
P. Mazé Le Télégramme 03/10/10
Les Bellilois restent mobilisés
La CGT a précisé que «ce n’est pas la réforme qui est inéluctable, mais le combat que les forces vives de ce pays doivent mener pour imposer d’autres choix qui passent nécessairement par une meilleure répartition des richesses et par la lutte contre le chômage.
Le Télégramme 03/10/10
Ouessant. 120 manifestants
Quelque 120 personnes ont manifesté cet après-midi sur l’île d’Ouessant pour protester contre le projet de réforme des retraites. Le 23 septembre dernier, ils étaient 200 à s’être mobilisés.
Le Télégramme 03/10/10 Retraites. Toujours mobilisés
«Cette mobilisation est réussie, avec de bonnes conditions météo, on aurait probablement dépassé» le 23septembre, a déclaré le numéro deux de la CFDT Marcel Grignard. De fortes pluies se sont notamment abattues sur la Bretagne.
Le Télégramme 03/10/10
Manifs : un policier s’étonne des différences de chiffres
N. Comte a expliqué que «le nombre compté sur le terrain par les policiers n’est pas toujours celui communiqué ; "derrière les chiffres, il y a «un enjeu politique". Il a cité une manifestation de policiers «Nos collègues avaient compté 5.000 manifestants. La préfecture a donné moins d’un millier de manifestants».
Libération 02/10/2010

Retraites : Paroles de primo-manifestants

JPG - 26.9 ko

- J’irai manifester parce que cette réforme sonne comme le début de la fin, symbolise l’orientation générale de notre pays aujourd’hui.
- Je vais manifester le 2 octobre car je ne souhaite pas faire partie de la majorité silencieuse, celle que le gouvernement considère comme soutenant sa politique.
- Samedi j’y vais car je n’accepte pas deux choses :que cette réforme n’exploite pas les pistes d’évolution du marché du travail mais aussi l’injustice, le manque de respect de l’homme dans cette loi
- Je ne suis pas d’accord avec ce projet qui ne nous parle pas de partage des richesses. C’est dommage que tout ceux qui sont contre n’agissent pas. Je n’ai pas défilé depuis 2003, mais aujourd’hui j’y serai.
- Les commerçants et indépendants sont tout aussi concernés par cette réforme inique que les salariés et je les invite à rejoindre les cortèges en masse, même sous la pluie !
- Il s’agit d’un ras-le-bol généralisé de tout le démontage systématique des avancées sociales, alors que les plus riches s’enrichissent encore plus.
- J’ai de plus décidé de me syndiquer et rendu mon bulletin d’adhésion cette semaine, en cette période de crise sociale il me semble important de choisir de s’investir dans la défense de nos droits.
- A 62 ans j’irai manifester demain pour la première fois de ma vie contre la politique de l’emploi du gouvernement qui nous contraint de travailler plus longtemps alors que nos enfants n’ont pas de travail.
- J’ai 55 ans, je suis cuisinier, je suis usé physiquement et psychologiquement ! Dans la restauration, on fait en moyenne 70 heures ou 80 heures par semaine, voire plus ! La moitié de ces heures ne sont pas payées, souvent on n’a qu’un jour par semaine de repos.
- Je manifeste car je suis convaincu que la lutte paie et je fais mon devoir aussi aux élections, je ne voterais jamais pour quiconque a validé cette réforme en l’etat actuel.
- Je défilerai contre la totalité de leurs reformes injustes socialement, leurs manipulations qui mènent à la décohésion et à la violence, leur mode de gouvernance (clientélisme écœurant) qui décrédibilisent la France partout dans le monde.
- Je manifesterai aujourd’hui contre la réforme des retraites mais surtout pour manifester mon désaccord face à l’attitude d’un gouvernement despotique qui s’éloigne progressivement de l’idée que je me fais de la démocratie.
LEMONDE.FR 02.10.10
- «Ce qui me révolte, c’est qu’on fait toujours trinquer les mêmes»
- On a des collègues d’origine maghrébine qui sont arrivés tard en France et qui sont encore à la chaîne à 64 ans. Ils n’ont pas leur 40 ans de cotisation, et ils ne les auront pas à 65 ans non plus», rapporte Didier, délégué syndical CGT.
- Marion, 48 ans, policière à Paris. «Dans la police, c’est très mal vu de faire grève. Aujourd’hui, c’est l’occasion ou jamais». Et il n’y a pas que la réforme des retraites qui énerve cette femme de gauche. «Sarkozy, je n’en peux plus. C’est le seul endroit où je peux exprimer cette colère».
- «Il faut voir le train de vie de ceux qui nous gouvernent. Et ce sont les mêmes qui nous demandent toujours plus d’efforts»
- «Le rôle des jeunes, c’est de venir aux côtés des salariés. Ca prend plus de temps pour les mobiliser, mais ils se sentent directement concernés. Ils veulent travailler pour financer la retraite de leurs parents», soutient-elle.
- «Je sais que je pourrai faire un métier que j’aime et pas très usant. Mais ce qui me révolte, c’est qu’on fait toujours trinquer les mêmes. Ce n’est pas comme ça que les gens pourront remonter dans l’échelle sociale».
ELODIE AUFFRAY Libé 02/10/10
- Retraites : «Nous, à 40 ans, on pensait pas à tout ça»
- «Ras le bol.» Jocelyne, 63 ans, arrêtera de trier le courrier en janvier. Pour avoir ses trimestres, elle aurait dû travailler «jusqu’à 79 ans, mais il faut qu’[elle] en profite». Valérie, 43 ans, infirmière anesthésiste ne se voit pas «au bloc» ou «d’astreinte, appelée plusieurs fois par nuit», à 62 ans.
Haydée Sabéran libé Lille 03/10/10

Lire la suite - commenter...

Nicolas Le Gall dans le sud marocain

JPG - 31 ko

«Nous amenons des pièces détachées pour assurer la maintenance des pompes à eau et des panneaux solaires qui équipent le puits du village et qui ont été installées il y a cinq ans par une équipe du lycée», dit Nicolas qui sera hébergé chez l’habitant durant son bref séjour sur place.
Le Télégramme 02/10/10

Belle-Ile Une baisse de la fréquentation qui fait grincer
On rappelle des rentrées financières aléatoires pour les touristes à la journée, une organisation des transports publics qu’il faudrait étoffer, une offre locative en augmentation constante, une concurrence de plus en plus vive avec d’autres stations balnéaires...
Le Télégramme 02/10/10

Forte mobilisation contre le projet de réforme des retraites
La mobilisation est restée forte à Lorient ce samedi matin, malgré la pluie battante. « Il y avait des salariés du public, des salariés du privé et des petites entreprises, et des jeunes, étudiants ou lycéens », se félicite Philippe Léaustic
Ouest-France Dernière minute 02/10/10
600 lycéens ont manifesté sous la pluie
À la différence de la veille, les Lorientais n’étaient plus seuls. Les lycéens hennebontais avaient eux pris les choses en main. Blocage devant les grilles du lycée à 7 h 45. Vote de la grève en assemblée générale dans la foulée. Puis, départ en car vers le centre-ville de Lorient.
B. TRÉHOREL. Ouest-France 02/10/10
Retraite. Les lycéens devancent leurs aînés
Comme leurs aînés qui devraient faire de même aujourd’hui, les jeunes manifestants entendaient dire «non» à la réforme des retraites. «Ce qui se passe est grave. Si on ne bat pas aujourd’hui pour notre avenir,qui le fera?» s’interroge Kevin, qui visiblement a bien appris sa leçon.
Le Télégramme 02/10/10
Lorient Plus de 5.000 personnes dans la rue
Malgré une pluie battante au début du rassemblement, entre 5.000 et 6.000 personnes ont défilé dans les rues contre la réforme du régime des retraites. A l’invitation de l’intersyndicale, de nombreux manifestants ont manipulé casseroles et cuillères de bois pour se faire entendre.
Le Télégramme 02/10/10

Lire la suite - commenter...

JPG - 17.3 ko

Bel effort des assos présentes et notamment de celles qui ont attendu 18h pour remballer :-)

Par contre, au dire de celles-ci, pas d’afflux de visteurs autres que les adhérents des associations présentes.

http://picasaweb.google.fr/MLGROIX/...

Lire la suite - commenter...

JPG - 60.9 ko

Tamara Drew, une confession du péché so British

Des incidents techniques indépendants de sa volonté ont empêché l’équipe de Cinéf’îles de présenter le film hier.
Je précise que Cinéf’îles est dans l’obligation de louer la salle et les services de la projectionniste.
Un texte "libéral" interdit de projeter des films commerciaux dans une salle muncipale s’il existe une salle commerciale dans la commune.

Lire la suite - commenter...

JPG - 16.1 ko

Réserve naturelle. Le conseil scientifique s’est réuni
Les membres du conseil se sont réunis à la mairie où une synthèse des inventaires existants fut présentée. Puis différents thèmes furent abordés : poursuites des inventaires, participation à l’observatoire de l’invasion des huîtres creuses sur les côtes bretonnes.../...
Le Télégramme 01/10/10

Un spectacle de cirque au Gripp dimanche
Dans Miettes, solo de fil souple pour clown, Rémi Luchez anime une galerie de portraits tour à tour inquiétants ou joyeux, acrobate ou manipulateur d’objets. En cas d’intempérie, un repli est prévu à Port-Lay.
Ouest-France 01/10/10
Un clown acrobate au fort du Gripp
À partir de matériaux simples (quatre bouts de bois, une bobine de fer, une boule d’argile), qu’il manipule et transforme, il donne le ton à chacun de ses personnages. Au fort du Gripp, à 15h. Tarifs : 3€ adultes, gratuit moins de 18 ans. Durée : une heure.
Le Télégramme 01/10/10

Les syndicats appellent à une nouvelle offensive samedi
«Cela permet à ceux qui n’ont pas pu ou pas oser participer aux précédentes manifestations de rejoindre le mouvement». «Il faut faire du bruit pour faire entendre notre détermination et rappeler que nous ne traînerons pas les casseroles de la réforme Parisot-Sarkozy» A 11h, aux halles.
Le Télégramme 01/10/10
Plus de 250 lycéens manifestent
Le cortège, qui s’est baladé de lycées en lycées, a fini sa manifestation devant les grilles de la Sous-Préfecture. Les lycéens manifestants, dans leur pérégrination, ont notamment déclenché les alarmes du lycée Dupuy Lôme en rentrant par les cuisines.
Ouest-France 30/09/10
Plusieurs centaines de lycéens dans les rues
Les lycéens lorientais ont manifesté, hier, dans les rues lorientaises, pour défendre le régime des retraites. À proximité du tribunal, quelques échauffourées ont eu lieu avec les forces de l’ordre suite à des dégradations de véhicules. Deux jeunes ont été brièvement interpellés.
Le Télégramme 01/10/10
Les lycéens jouent à cache-cache avec la police
Cette manif’« contre la réforme des retraites », personne ne l’a vue venir. Ni les enseignants, ni la police. Exit la mode du réseau Facebook désormais trop visible pour transmettre les informations, les lycéens ont préféré le texto du portable pour organiser la mobilisation.
B ; TRÉHOREL. Ouest-France 01/10/10
400 lycéens hennebontais protestent contre le projet de loi
Les lycées de Zola ont mobilisé leurs collègues du privé de la Garde-du-Vœu. Ils ont défilé en centre-ville et bloqué le pont Jehanne-La Flamme. En fin de matinée, ils se sont dirigés vers le Quimpéro pensant bloquer le rond-point.
Ouest-France 30/09/10
Des militants cégétistes chez le député Le Nay à Plouay
« Nous souhaitons vous parler de la réalité de ce que vivent les salariés au quotidien » a souligné P. Le Ménahès de l’ex SBFM qui a offert à l’élu une pièce de fonderie de 15 kg en insistant sur la pénibilité du travail au sein de son entreprise.
Ouest-France 30/09/10

Chérèque «Appeler les lycéens à manifester, ce serait l’arme du faible»
Sur le fond, les parlementaires se rendent compte qu’il n’est pas possible d’en rester là. On nous dit : « Manifestez et on verra en fonction du nombre de manifestants ce qu’on fait. » Nos amis belges et anglais nous disaient que la France donne une image de non-dialogue rarement vue dans un pays européen.
N. BIRCHEM La Croix 30/09/2010 18:30

Solidaires. Troisième syndicat en Bretagne dans le public
Premier en Bretagne dans le personnel des impôts, deuxième dans La Poste et France Télécom, troisième dans l’Education nationale... Chaque structure est ici autonome et les décisions se prennent toutes en consensus. Bien sûr nous sommes contre les politiques néo-libérales.
Le Télégramme 01/10/10

Contrôle de restaurants kebabs : tollé des syndicats.
Les fonctionnaires ont refusé : c’est le travail de la police, pas le leur et « La contrainte de la puissance publique doit s’appliquer à tous les restaurateurs, indépendamment de tout critère communautaire », ont écrit les syndicats au préfet. Le contexte national expliquerait la colère syndicale.
Ouest-France 30/09/10

La SNCF veut faire évoluer ses tarifs librement
la SNCF ne dit pas que ses tarifs augmenteront. On dit simplement que les "tarifs heures de pointe" et les "tarifs heures creuses" pourront être fusionnés. Raison invoquée par la SNCF parmi d’autres : se préparer à la concurrence étrangère. Tiens. J’avais cru comprendre que la concurrence visait (notamment) à faire baisser les prix.
http://www.arretsurimages.net

Lire la suite - commenter...


Articles précédents :
0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80