"Anita de Groix"

"Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire". George Orwell

"Anita de Groix"

"Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire". George Orwell
ARCHIVES
JPG - 31.1 ko

La butte rouge, c’est son nom, ça s’dit au p’tit matin
Quand tous ceux qui chantaient ont bien cuvé leur vin.
Aujourd’hui y’a des vignes, il y pousse du raisin,
Le voir et le sentir, ça enchante les copains.


et toujours le coup d’oeil de Sylvain Marmugi ici
http://www.filminsulaire.com/2010/

19h - 21h

APERO CONCERT ET RESTAURATION A PORT LAY

au menu - midi : Moules 6 €
lard grillé 7 €
Soir : Soupe de poisson 3 €
Poulet coco 7 €

Cinéma : voir agenda ci-contre

15h. EHPAD
Ronan Tablantec

EN PLEIN AIR A PORT LAY

Concert
- 20h30 : "Alexandra Hernandez" - Saint-Pierre et Miquelon (...)

Lire la suite - commenter...

JPG - 37.8 ko

Au cinéma des familles, à 20 h 30 :

Un homme de la terre des hommes (Enana o te henua enana) de Dominique Agniel.
Il est des hommes qui portent haut et fort la voix de leur peuple, non par le combat, mais par le dialogue, l’art, la culture. Lucien Roo Kimitete est de ceux là. (...)

Lire la suite - commenter...

JPG - 11.6 ko

Conférence sur le roman noir.

Salle des Fêtes Ce soir à 20H30

Patrick Raynal est l’auteur de romans noirs et dans la Série Le Poulpe notamment de "Arrêtez le carrelage" Editions Baleine, février 1996.

Pour le Poulpe, il est inconcevable qu’un vieux chalutier saute sur une « boule à pointe », une mine allemande, dans la baie de Lorient, en rentrant de Groix, au retour de sa pêche.

Il est l’auteur d’une nouvelle parue le 08/03/2008 dans rue89 :

Poulpe à la Breizh : le facteur sonne toujours de Groix (...)

Lire la suite - commenter...

JPG - 9 ko

Le petit journal du Festival

Merci Eric :-)

Lire ci-contre :

PDF - 869.8 ko
Lire la suite - commenter...

«L’insularité n’est pas un concept fumeux»

JPG - 23.8 ko

J.F. Pahun : "L’île n’est pas un bout de terre comme les autres. Il y a des histoires qui ne pourraient pas se passer ailleurs, et pas de la même façon. Comme dans un équipage, ce qui arrive aux uns arrive aux autres. Cela se ressent dans les films, jusqu’à la vie du festival. Je le remarque dans le rôle des bénévoles, des organisateurs.
Le Télégramme 19/08/10
Le premier film de R. Passave
Trois semaines après la grève générale en Guadeloupe le début du mouvement, le jeune homme arrive sur son île et réalise l’ampleur de la situation. De fil en aiguille, il remonte l’histoire jusqu’à l’origine de la lutte. Les rencontres s’organisent au coeur du mouvement, sur fond de manifestations et au son du gwo ka, des percussions traditionnelles.
Le Télégramme 19/08/10
Le programme du jour : LES DÉBATS
Sept mois après le séisme en Haïti et alors que l’état d’urgence est prolongé pour 18mois, le peuple haïtien est dans une grande incertitude. Comment le pays peut-il se relever? Sur quelles bases nouvelles construire la société haïtienne de demain? Des centaines de millions d’aides sont annoncées, mais à qui, à quoi seront-elles destinées?
Le Télégramme 19/08/10
L’histoire de Port-Lay en cartes postales
Les curieux qui n’ont pu être présents lors de l’exposition annuelle de juillet peuvent ainsi se plonger dans l’histoire de l’île, à travers les cartes postales. On y retrouve, entre autre, l’évolution des thoniers, la migration des Grands sables, le naufrage du Sanaga. Jusqu’au samedi 4/9 à la médiathèque.
Ouest-France 19/08/10

Don du sang. 150 donneurs en deux collectes
«C’est un chiffre identique aux deux étés précédents», disent les membres de l’équipe lorientaise, accueillie à Groix par deux bénévoles, Nathalie Delange et Marie David, qui assuraient les collations. «Le 16/8, seulement 63 personnes sont venues malgré la forte affluence sur l’île», regrette le médecin coordinateur.
Le Télégramme 19/08/10

Artisanat. Taille-douce à l’Atelier du Fou de Vincent
C. Le Corf ouvrait de nouveau son atelier au public pour présenter les techniques de gravure taille-douce. Cédric détaille chaque opération en faisant référence aux oeuvres d’artistes qui ont employé ces techniques : Goya, Picasso ou Yves Noblet qui fut l’un de ses professeurs.
Le Télégramme 19/08/10

Tourisme : les îles ont toujours la cote
Même s’il y a moins de monde depuis le 15 août, l’île fait le plein depuis la mi-juillet. Une dizaine de milliers de personnes y passent chaque jour. « C’est surtout un public familial qui vient sur l’île, explique le maire. » Par ailleurs, la clientèle étrangère est stable.
G. ROBELET. Ouest-France 19/08/10
« L’île est le lieu idéal de la pensée »
Le maire de Groix se montre plus pragmatique : « Vouloir rester îlien dans un monde dominé par la Métropole... En cela, nous les insulaires, sommes des militants, le plus difficile étant d’échapper aux clichés que tant de rêveurs projettent sur nous. Les îles, comme les humains, veulent être aimées pour elles-mêmes et non comme un fantasme collectif. »
F. GUIZIOU. Ouest-France 19/08/10

Et v’là Joly
L’ex-juge est bien placée pour être la candidate d’Europe Ecologie en 2012. Rencontre à Groix avant les journées d’été du mouvement.
«Quand on voit Groix, c’est qu’il pleut, et quand on ne voit pas Groix, c’est qu’il va pleuvoir», philosophe un Breton du continent sur le bateau parti de Lorient. Surprise, après trois quarts d’heure de traversée, il fait soleil à l’embarcadère.
Par MATTHIEU ECOIFFIER Libération Envoyé spécial à l’île de Groix

Sauzon - L’hôtel de l’Apothicairerie sera rasé
Le conservatoire du littoral l’a décidé : il va raser l’hôtel qu’il a acheté pour la somme de 1,6 M€. Le maire de Sauzon ne voit pas la chose d’un mauvais œil. « Le centre d’intérêt du site a changé depuis les années 1970. La roche percée a disparu. Il est enfin interdit de descendre la falaise. »
Ouest-France 19/08/10

Deux employés municipaux carhaisiens auditionnés par la Police judiciaire
C.Troadec faisait partie d’un groupe d’une vingtaine de personnes venues apporter leur soutien aux employés municipaux. Il dénonce le caractère « revanchard » de leur convocation. « L’Etat n’a toujours pas digéré que le tribunal administratif nous ait donné raison en ordonnant la réouverture des services maternité et chirurgie de l’hôpital de Carhaix. »
Le Télégramme 18/08/10

Lire la suite - commenter...

JPG - 14.4 ko

au menu - midi : Moules 6 €
Filet d’élingue accompagné de sa ratatouille 7 €
Soir : Soupe de poisson 3 €
Sauté de porc au cidre & sa jardinière de légumes 7 €

Cinéma : voir agenda ci-contre

sous le chapiteau à 18h30
projection : Chronique d’une catastrophe annoncée d’Arnold Antonin
débat : Haïti
En partenariat avec Amnesty International et Courrier International.

à Kerlard à 20h30 :
Ronan Tablantec
et la Cie Zolobe (Madagascar) (...)

Lire la suite - commenter...

JPG - 32.5 ko

Mardi soirée d’ouverture ... on a bien senti les conséquences de la crise capitaliste : le nombre de chômeurs explose, (et un chômeur ne sort pas,) les "classes moyennes", comme ils disent, ont la bourse plate (of course, ils votent mal !

(...)

Lire la suite - commenter...

JPG - 24.6 ko

Le petit journal du festival

Voir ici :

PDF - 1019.8 ko
Lire la suite - commenter...

JPG - 23.8 ko

Les discours se sont succédés : tout ce beau monde est très satisfait.

Nous, on est bien contents pour eux :-)

Lire la suite - commenter...

JPG - 20 ko

Bekoto une voix malgache au festival
Rabekoto Honore, alias Bekoto, tire son inspiration des paysans malgaches : «parler au nom des sans-voix, c’est le minimum qu’un artiste puisse faire pour son pays». Ce sociologue de métier vit sur le terrain la crise économique qui touche son pays, aux côtés des paysans qui «ont redoublé d’efforts.
Le Télégramme 18/08/10
Concerts. Damily de Madagascar ouvre le bal
Ils ont commencé à jouer dans les fêtes traditionnelles de villages, quand le Madagascar n’avait pas encore de salles de concert. Damily refuse de s’étendre sur la crise politique actuelle, et ne veut pas faire de musique engagée. « Je ne fais pas de politique, je laisse ça aux autres». www.damily.net
Le Télégramme 18/08/10
L’île des enfants
Rendez-vous des enfants âgés de 4 à 12ans. Des animatrices font vivre aux enfants leur propre festival, avec des ateliers manuels et artistiques, des projections de films, des balades découverte de l’île, des histoires de marins et des contes insulaires. Les enfants devront demeurer sur place durant toute la durée de la séquence (matin et-ou après-midi).
Le Télégramme 18/08/10
La chorale de l’île au Festival
Elle sera sur le podium de Port-Lay ce mercredi à 20 h et elle a choisi un répertoire festif et coloré, afin de souffler les dix bougies de l’événement. Dirigés par Anne-Erell Poupard, les choristes seront accompagnés à la guitare acoustique par Laurent Morisson et réserveront également une ou deux surprises.
Ouest-France 18/08/10
Gros plan sur les films insulaires à Groix
Yann Stéphant, directeur artistique du festival, a visionné près de 400 films pendant l’hiver pour établir sa sélection. Loin des cartes postales paradisiaques, il s’agit de montrer les îles et les gens qui les peuplent comme ils sont. Selon la philosophie du festival, ce qui se passe sur une île est toujours un bon condensé de ce qui se trame sur le continent.
Ouest-France 16/08/10

La foule à la fête populaire de Locmaria
Les services techniques de la commune emmenés par Vincent Ricard avaient pris en charge toute la logistique. Les adhérents de l’Aumig, présidée par Michel Stéphant, se chargeaient de la partie restauration. Cette année, la météo était clémente et le public au rendez-vous.
Le Télégramme 18/08/10

Dormir dans un nid, ça vous dit ?
Fabriqués selon des techniques marines, ces nids de trois mètres de diamètre sont équipés d’un lit de 2,15 m, pour 2 personnes. Un ou deux enfants en bas âge peuvent même s’y joindre. Ils sont perchés à une hauteur de deux à huit mètres. Tout est prévu pour y accéder, nul besoin d’être acrobate : il suffit de suivre les mailles des filets. www.parcabout.fr.
Ouest-France 16/08/10

Les colonies de vacances confrontées à une inflation de normes
En colonie, les enfants restent parfois les pieds au sec durant tout le séjour, faute d’accompagnateurs qualifiés. Une évolution que déplore J. Viard : « L’inflation de normes a mis un coup d’arrêt à la démocratisation des vacances. » « Pour l’opinion publique, c’est un secteur où l’on n’a pas le droit à l’erreur, alors qu’il y a moins d’accidents en colonie que lors des vacances en famille », analyse Y. Dubois.
M. BOËTON, Y. BOUCHEZ et M. CABON La Croix 17/08/2010
Des règles plus souples pour les scouts
Pour les mouvements de scoutisme catholiques agréés par l’État plusieurs assouplissements existent par rapport à la législation. Le directeur d’un camp scout peut être âgé de moins de 21 ans et ne nécessite pas de BAFD .Les repas peuvent être préparés par les mineurs eux-mêmes, et les abris de fortune et les moyens de couchage sommaires sont admis.
La Croix 17/08/10

A Vienne, le porte-parole de la communauté rom s’appelle Rudolf Sarközi
M.Sarközi, né en 1944 dans un camp de concentration, vieux militant du Parti social-démocrate, suit avec inquiétude les mesures prises par les autorités françaises contre les Roms. Les choses étaient sans doute plus simples à l’époque féodale, quand le comte Batthyany accordait sa protection aux Roms du Burgenland et les plaçait sous l’autorité exclusive de leur "voïvode", un certain Martin Sarközi. Ce "voïvode" peut-il avoir une lointaine parenté avec la famille de Nicolas Sarkozy ? "Qui sait ?", se demande Rudolf, qui note que ce patronyme est typiquement rom.
J. Stolz LEMONDE 18.08.10

Lire la suite - commenter...


Articles précédents :
0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 |...