Rythmes scolaires. À Groix, ça marche
A. Lelièvre : «En 2013, on n’avait quasiment aucun frein à la réforme. On avait l’équipe et les lieux». L’ancienne municipalité a proposé à l’école privée d’entrer dans cette réforme. Celle-ci a accepté, ce qui permet aux enfants des deux écoles d’en finir avec la rivalité public-privé.
Le Télégramme 28/11/14

Breizh box. Un cadeau 100 % local pour Noël
C. Madeleine : «L’île de Groix, pépite du territoire, rencontre un grand succès. Elle est toujours un dépaysement, même pour les habitants du territoire. La Breizh box peut-être une belle idée de cadeau, y compris pour les entreprises qui cherchent l’inspiration pour leurs clients ou leurs salariés».
Le Télégramme 28/11/14

Parkings à Lorient. La mairie veut prendre la main
La municipalité a décidé de gérer en régie. La mairie aura ainsi la main pour décider de la politique tarifaire pour ce nouveau parking. À terme, ce choix politique pourrait se généraliser à l’ensemble des parkings payants de la ville, dont celui de la gare qui sera construit en 2017.
Ouest-France 28/11/14

Lorient La Base, nouveau nom de Keroman
Sous couvert de la validation du nom par l’Inpi, le quartier d’affaires et le pôle course au large qui sont sur l’ancien site de la base de sous-marins portera le nom «Lorient La Base». C’est l’aboutissement d’intenses brain storming des membres de l’association des entreprises du secteur.
Ouest-France 28/11/14

SNCM : "liquidation", la réalité que personne n’assume
La SNCM fait face à des impayés de ll’Office des transports de la Corse pour un montant de 78,7 millions d’euros dus en application de la DSP et ce malgré des actions judiciaires. La liquidation pure et simple, avec tous les risques qu’elle comporte est bien le seul outil de discontinuité voulue par l’Europe.
Le Marin 25/11/14
La SNCM est placée en redressement judiciaire
La compagnie est en cessation de paiements depuis que l’actionnaire majoritaire Transdev, coentreprise entre Veolia et la Caisse des dépôts, a réclamé le remboursement de 117,3 millions d’euros d’avances de trésorerie que la compagnie ne peut pas payer.
Francetv info 28/11/14
Berrebi fait une offre, Garin "intéressé"
L’offre de Berrebi porte sur 800 emplois minimum en CDI. La SNCM emploie actuellement 1 800 salariés, dont 1 500 en CDI. Ces salariés seront embauchés par une «nouvelle société» sur la base d’un «contrat d’entreprise clair et net», signé individuellement «dans le respect des conventions collectives de la marine marchande».
Le Marin 28/11/14

La réduction des effectifs et les élus locaux
Certains élus n’y vont pas par quatre chemins. Ils considèrent la masse salariale comme un levier « incontournable pour permettre un freinage des dépenses publiques ». Pour le maire (UMP) de Jonage, « ce qu’il faut, c’est ne pas embaucher sous le statut de la fonction publique qui est d’un autre siècle.»
A. Koss, C. Néau, A. Vovard • La Gazette 27/11/14