C’est Véronique Leclercq qui, en cette soirée de réveillon, fait parler Fine la Groisillonne et sa collection de poupées qu’elle a ramenées de voyages. Horreur, Fine est malade mais elle ne veut pas inquiéter ses petites. Pensez donc, il n’y a plus de médecin, plus d’ambulance, juste les Pompes Funèbres ..."et encore !..." dit-elle.

Jean-Michel, le metteur en scène a, comme à l’accoutumée, fait travailler dur sa troupe afin de nous offrir un spectacle dynamique. Les rires de la salle ont prouvé que le langage groisillon est encore bien présent dans l’esprit des plus anciens.

Le public en redemande et retrouvera avec plaisir Fine et ses poupées à la prochaine Saint Sylvestre.