Profitant de la présence de Didier Magnin, "Citoyen résistant d’Hier et d’Aujourd’hui" (CRHA) à la manifestation groisillonne, Cinéf’îles a décidé au débotté de projeter le film de Gilles Perret : "Walter, retour en Résistance".

Gilles Perret et Didier Magnin de CRHA

Le réalisateur a choisi de suivre son voisin savoyard Walter Bassan dans ses actions engagées pour faire comprendre que l’esprit qui guidait les résistants anti-fascistes, dont il faisait partie dans sa jeunesse, doit perdurer pour développer des noyaux de résistance contre la politique antisociale et pré-fascisante de nos gouvernants.

http://www.lepost.fr/article/2010/0...

Le film de Perret s’articule autour de deux axes majeurs : les rassemblements des Glières organisés pour dénoncer l’infâmie de Sarkozy décidant d’utiliser électoralement le sacrifice de militants (images caricaturales du candidat qui se suffisent à elles-même) et l’accompagnement de collégiens et lycéens savoyards par Walter lors de la visite du camp où il fut interné avec 24 de ses jeunes camarades ainsi que son passage dans un Cours moyen où il répond avec intelligence et son optimisme indestructible aux questions naïves des enfants.
Entendre ceux-ci interpréter Bella Ciao au vieux résistant fils d’antifascistes italiens est un des moments les plus émouvants du film. (Je ne parle pas du camp de Dachau dont les images provoquent toujours autant d’épouvante)

Didier Magnin a répondu en détail aux questions que se posait le public sur la création de ces Comités de résistants d’aujourd’hui, comités soutenus par Stéphane Essel qui répète « résister, c’est savoir garder notre capacité d’indignation et privilégier la légitimité à la légalité… ».
C’est, pour ces comités, employer tous les moyens d’information pour contrer les actes de ceux qui veulent anéantir les acquits de 1945* et qui suivent en cela les directives de Denis Kessler du MEDEF, ami de Sarkozy :
" La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le Programme du CNR."

* création de la sécurité sociale, des services publics, nationalisation des grands moyens de production, création d’une presse libre et indépendante des pouvoirs de l’argent, généralisation des retraites par répartition ...

CRHA a publié sous la coordination de J-L Porquet un livre « Les jours heureux » aux Éditions La Découverte en 2010 en référence à l’intitulé du programme du Comité National de la Résistance. (Commandes en cours à l’Ecume des Jours)