Lors de son départ, Pierre m’a offert son tensiomètre et son stétho. Etant pourvue en ce genre de matériel, j’aime à penser que, symboliquement, il m’encourageait ainsi à continuer à écouter battre le pouls de la vie groisillonne.

Mais j’ai bien peur que, pour moi comme pour lui, le passage de relai ne soit "cahotique" !