Déroutez les voitures et c’est le naturel qui vous revient sur le capot

Failli me prendre un chevreuil en rentrant !
3 jours que ça bouchonne dans mon bourg, du jamais vu ! On a même vu un catamaran à l’arrêt devant la mairie, c’est dire l’incongruité de la chose dans cette commune à 20 kms dans les terres !!! Avec le blocage de la voie express par les agriculteurs, déviation par chez nous, ma route donc, un défilé de camions qui peuvent à peine se croiser, encore moins dans les virages de cette route bien sinueuse, avec la boue en prime puisqu’ils mordent les accotements hyper meubles, et le boucan de la circulation au ras des bureaux qui nous abrutit
Je croyais profiter d’une accalmie pour rentrer ce midi peinarde, mais bien sûr, j’avais oublié les chevreuils qui l’attendaient aussi, cette pause, pour enfin pouvoir traverser. Je venais juste d’en voir un bondir en traversant devant moi à 20 mètres, superbe, sauf que juste à mon niveau j’en ai un autre qui a déboulé aussi...
Aussi surpris l’un que l’autre, heureusement que j’étais seule sur la route et à vitesse suffisamment réduite en prévision des nappes de boue... Après les quelques instants où nous nous sommes contemplés mutuellement, on a redémarré tous les 2 en même temps lui devant moi sur quelques mètres avant qu’il se décide enfin à remonter d’où il venait !
Zut alors ! Ce n’est pas à cet endroit là qu’ils traversent d’ordinaire, ils en ont plein ailleurs ! En plus, là il n’avait nulle part où aller !!! Il se dirigeait sur une bâtisse, pas sur un champ, ni un bois !
Manquerait plus qu’on ait encore un âne en goguette (une fois, pas loin d’un kilomètre à en suivre un avant de pouvoir trouver une maison où prévenir !) ou des chèvres comme ça arrive de temps en temps !
Ah c’est plus une vie, la campagne !!
R. qui préfèrerait oeuvrer dans son île :-)