Celui qui a fait du "rassemblement" sa marque de fabrique voit effectivement à regret la majorité qu’il s’était échiné à bâtir comme président de région se diviser en deux listes. "S’il peut aider au rassemblement le plus large, il le fera", rétorque un proche. "Il pense que son rôle, c’est au deuxième tour. C’est là qu’il se projette dans son influence", avance encore un socialiste breton, songeant que Le Drian oeuvrera alors au rassemblement de ses héritiers.

O BEAUMONT et P THEVENIAUD Le Parisien 01 03 21