par un groupe de 14 personnes :

Les officiels :
-T Delatouche pour Natura 2000
-Catherine Robert, Annie Rio (Lorient) et un stagiaire pour Bretagne Vivante.
-2 jeunes scientifiques
-Denise Jacquemin

-5 représentantes de l’asso ST Gunthiern (dont MJ Mallet et Marie Pia Hutinel)
- J.P. Mathieu (Aumig )
- E. Mahé (Cocig)

Nous avons rejoint le site du trou de l’enfer en bus (une première pour la plupart). Café et gâteaux nous ont été offerts sur place par la commune et Gilles Le Menach et Régis Stéphant se sont joints à nous le temps du café.
Nous avons pu voir la reprise, extrêmement fragile par endroit, de la flore ; l’impact des tempêtes, les plantes pionnières qui serviront à d’autres pour s’enraciner... Le jute aurait beaucoup aidé à la repousse aux endroits assez dégradés. Le cheminement entre les câbles n’a, a priori, pas provoqué de chutes graves (c’était cela ou des murets de pierres mais, du coup, l’impact visuel aurait été fort).
Catherine a montré le vanneau huppé à ceux qui ne le connaissaient pas et nous a signalé sur le site la présence d’un gravelot à collier interrompu et son poussin.

Ensuite, route vers Pen Men (toujours en bus). Il y a eu un début de révolution lorsque Catherine a remis à l’ordre du jour le projet de suppression de la route et du parking de Pen Men (avec un nouveau parking près du phare). Devant la levée de bouclier (pour des raisons diverses : qui ce parking dérange-t-il ? c’est le seul endroit où les personnes âgées ou handicapées peuvent encore voir la grande côte ; pourquoi accoler un parking au phare?...) elle a provisoirement fait machine arrière et proposé une route refaite et plus étroite ainsi qu’un parking rétréci mais il est clair que le but final est la suppression pure et simple dudit parking.

Quelques petites choses me hérissent :
- la voiture n’est pas toujours un ennemi ( comme le vélo, c’est un formidable outil, tout dépend de comment on s’en sert)
- vouloir limiter les cheminements des piétons à tout prix ça finit par être très lourd car on est déjà sur un territoire très limité.
- Avant de prétendre que la fréquentation n’a jamais été aussi forte dans les chemins, mieux vaut vérifier les chiffres de fréquentation de l’île.

A part cela, la bruyère vagabonde était somptueuse dans la lande
EM