Dans le petit pays où vacancient les touristes, au delà des mers, mon ânesse Philomène trottinait gentiment en cette fin d’après-midi sur la route qui va au trou de l’enfer. Nous avions dans l’idée de tourner à droite dans le chemin en herbe séparé de la route par un large fossé.

¨Ô stupeur ! Une voiture s’y trouvait déjà... un 4x4 rouge... de location... conduit par un type ou totalement myope ou n’en ayant rien à faire d’abimer du matériel de location... Là, maintenant il attaquait son plat de résistance : le fossé. Le malheureux 4x4, confondu un instant avec la voiture de James Bond, prit son élan... et s’en alla finir sa course le nez au fond du fossé, le derrière en l’air, comme un canard barbotant dans sa mare.

Le conducteur, manifestement plein d’imagination, fit sortir femme et enfants de la voiture et, avec force moulinets des bras, leur expliqua ce qu’il attendait d’eux (c’est vrai quoi ! A quoi bon avoir femme et enfants s’ils ne servent à rien). Dociles, ils se mirent à pousser et tirer le pauvre 4x4. Le malheureux réussit à sortir le nez du fossé mais c’est l’arrière maintenant qui était au fond. Qu’à cela ne tienne ! De nouveau la famille tira, poussa... Et la voiture finit par s’échouer au milieu de la route. Lorsque nous nous sommes croisés, nous avons pu échanger quelques mots d’une haute tenue grammaticale.

Je l’avoue, j’ai ouvert les hostilités avec un : "vous êtes vraiment nul !"Bien m’en a pris car cela nous a permis de lier connaissance plus rapidement. Le conducteur est tout de suite passé au tutoiement (signe d’une certaine intimité n’est-ce-pas?) et m’a donc gratifié d’un"nulle toi-même espèce de tache... Connasse". Ne voulant pas être en reste de politesse dans cet échange je me suis donc autorisé un "on t’emmerde, gros con !".

Il hululait encore quand je suis passée dans le chemin... Je suggère aux loueurs de voitures de s’orienter plutôt vers la location de brouettes pour ce style d’individu. Ce sera moins lourd à pousser pour la famille....................................... Elizabeth Mahé