Coup de vent. Deux liaisons maritimes ont été assurées
La compagnie maritime a dû annuler les rotations du matin et décider d’assurer deux liaisons, chaque bateau regagnant son port d’attache à 17h, avec quelques surfs au niveau de la bouée de LaTruie. À Locmaria, le vent a provoqué l’échouage de deux bateaux de plaisance.
Le Télégramme 26/04/12
Jusqu’à 182 km/h sur les Pyrénées
Des Pays de la Loire à la Bretagne en remontant au Nord-Pas-de-Calais, les vents ont généralement dépassé les 60 à 70 km/h, pour atteindre en mer jusqu’à 112 km/h à l’Ile-de-Groix
http://actualite.lachainemeteo.com/ 26/04/12

Les hommes en mer, les Groisillonnes étaient à la barre de l’île
Une soixantaine de personnes ont assisté jeudi, au fortin du Gripp, à la causerie sur les Groisillonnes au XIXe et XXe siècle, organisée par Saint Gunthiern et animée par Jean-Claude Le Corre.qui s’est penché sur le rôle essentiel des femmes sur l’île.
Ouest-France 26/04/12

Bruxelles veut "privatiser" la pêche européenne
Le premier point à l’ordre du jour - "les concessions de pêche transférables" - suscite l’hostilité à la fois des défenseurs de l’environnement et d’une majorité de pêcheurs. Bruxelles propose de substituer à une politique publique défaillante les règles du marché privé. Paris est opposé à cette idée de "concessions transférables". M. Valo LE MONDE 25.04.12

Bassin-versant du Scorff : les agriculteurs se rebiffent
Une cinquantaine d’agriculteurs de la FDSEA se sont invités, ce mercredi, à la réunion de la Commission locale de l’eau. La FDSEA considère qu’un virage vers des pratiques très extensives menacerait la moitié des 522 exploitations du bassin-versant du Scorff.
Ouest-France 25/04/12
Scorff. Les agriculteurs manifestent leur inquiétude
Pour L. Kerlir, «le Sage Scorff dépasse largement son rôle». Les agriculteurs entendent interpeller le préfet, la Région et tous les élus. Les exploitants ont également prévenu qu’ils allaient s’inviter dans le débat des législatives pour savoir quelle agriculture se profile pour demain.
Le Télégramme 26/04/12

1er mai Nicolas Sarkozy nie avoir parle de vrai travail
«Le 1er mai, nous allons organiser la fête du travail mais la fête du vrai travail, de ceux qui travaillent dur, qui sont exposés, qui souffrent et qui ne veulent plus que quand on ne travaille pas on puisse gagner plus que quand on travaille», avait-il pourtant déclaré à la presse lundi dernier.
S.C. -Elle Le 26/04/12
«Vrai travail» and co. Au secours, Pétain revient !
Pétain est le premier dirigeant politique de droite qui ait tenté de récupérer le 1er mai. Le 24 avril 1941, il a décidé de rendre férié cette journée-là, espérant rallier les ouvriers. L’églantine (rouge comme le sang des révolutionnaires et ouvriers) est alors remplacée par le muguet (blanc comme le lys).
P. Riché rue 89 24/04/12
Sur le 1er Mai, l’ombre de Pétain
De manière allusive, Sarkozy suggère que s’il défend le « vrai travail », c’est parce que la France est aussi un pays de fainéants. A l’origine, le 1er Mai n’est évidemment pas la fête du travail, mais celle des travailleurs. C’est la fête des opprimés contre les oppresseurs ; c’est la grande journée internationale de solidarité des travailleurs du monde entier.
L. Mauduit mediapart 24/04/12
"Vrai travail" : l’expression qui divise la droite et les syndicats -
Sarkozy a même poussé la précision jusqu’à livrer des exemples de "vraies" professions en citant "ouvriers, artisans, commerçants". Des catégories socio-professionnelles qui ont toutes massivement voté pour Marine Le Pen au premier tour de l’élection présidentielle.
G. Clavel Le HuffPost 25/04/12

Pour NKM, le FN est « le poison », un parti « antirépublicain »
Son livre, «Le Front antinational», la poursuit. En page 22, elle explique qu’en cas de second tour, aux élections cantonales, entre le PS et le FN, elle choisirait le Parti socialiste. En mars 2011, elle assurait qu’elle ferait la même chose en cas de second tour entre Hollande et Le Pen.
Zineb Dryef Rue89 25/04/2012

«Lâchez-nous avec les racines (chrétiennes) de la France»
Pas besoin d’être un politologue à solide formation historique pour comprendre que :
- il s’agit d’appâter l’électeur lepéniste ;
- en qualifiant les racines de la France de «chrétiennes», tout le monde comprend que les musulmans n’ont rien à y faire.
En matière de droit, tout m’incite à penser qu’il vaut mieux s’en référer au droit romain qu’au droit divin.
C. Sauvage rue 89 26/04/12