La réponse de plusieurs jeunes à une enquête menée cet été sur leurs comportements à risque a montré qu’à Groix, comme dans tous les lieux de villégiature, les rencontres entre insulaires et continentaux de passage pouvaient conduire à se comporter sexuellement sans précaution.
D’où la nécessité de mettre en place une offre de dépistage du virus du sida. Contrairement à ce que beaucoup de jeunes pensent, la maladie est loin d’être éradiquée, même si les multithérapies prolongent la vie du malade. Il n’existe pas non plus de vaccin et ce n’est pas pour demain.
La seule parade est le rapport protégé ce qui est quelquefois oublié en période de vacances dans une ambiance festive.
Le CDAG sera représenté mercredi 30, de 9 h à 15 h, au-dessus du cabinet médical, 37, route des Plages.