Fifig. Un très bon cru 2011

«Nous avons accueilli la Nouvelle-Calédonie et les Kanaks comme des combattants de la liberté. Tout un symbole pour le Festival qui se veut militant et proche des peuples opprimés. À l’heure du départ, c’est donc la tristesse qui nous submerge », souligne, très ému, Gwenaël Legras.
Jad Chacra Le Télégramme 22/08/11
Kassovitz. «J’espère provoquer le débat»
Avant d’arriver ici, je ne connaissais ni l’île, ni le festival insulaire. Symboliquement, c’était très important de présenter le film en avant-première sur une île. Nous avons reçu un bel accueil. Les échanges après la projection ont été passionnés. J’ai rencontré un public très impliqué.
S. Lecornu Le Télégramme 22/08/11
Vidéo : http://videos.letelegramme.com/player.php?sig=iLyROoaf2KWI
Kassovitz : « Ce film est un outil de réconciliation »
C’est un long travail : dix ans d’enquêtes et de contre-enquêtes journalistiques, de rencontres de gens qui modifient le scénario en apportant leur point de vue. Il était important de coller à une réalité. C’était au mot près pour éviter ensuite une mauvaise interprétation, tant des militaires que des Kanaks.
Ouest-France 22/08/11
The pipe remporte le grand prix du festival
There was once an Island, de B. March, a eu les faveurs du public. Le prix Kimitété est attribué ex aequo à Le rapporteur d’images de N. Jouvin et Chagos ou la mémoire des îles de M. Daëron. L’année prochaine, le festival fera cap au nord avec une destination surprenante : l’Arctique.
Ouest-France 22/08/11

L’Atelier. Photos de Chine, d’Alain Julien
Depuis dix ans, Alain Julien organise des festivals de photos en Chine. «Le premier, en 2001, à Ping Yao, a correspondu à l’ouverture de la photo chinoise vers l’Occident». Alain a saisi des tranches de vie à Canton, Fujian, Pékin, Zheng Zhou, Shaolin. (jusqu’au27août, à l’Atelier).
Le Télégramme 22/08/11

Pluneret : La maison des jeunes a connu un bel été
La maison des jeunes a accueilli cent soixante-deux jeunes différents cet été. Six cent quatre passages ont été comptabilisés en 31 journées. 28 jeunes se sont engagés pour ouvrir un chemin, nettoyer un sentier et assurer la remise en état de panneaux d’information.
Ouest-France 22/08/11