Une "fête à la musique" comme on les aime.

Tous publics : têtes brunes et blondes, têtes blanches ; toutes musiques : variété française et "greke", guitares classiques et "brésilienne", blues, rock...
La qualité était aussi de la fête : les touristes ne s’y trompent pas et rejoignent les insulaires dans la chaleur de leurs applaudissements.
La prestation de haut niveau de Laurent Morrisson, accompagné ensuite par son fils Arthur, a reccueilli tous les suffrages.

Remercions les bénévoles de Musicanou qui savent fédérer toutes les bonnes volontés et ont donné l’occasion à différents publics de se côtoyer, sous l’égide du délégué à la culture officiel et de son homologue du shadow cabinet.

Un bémol, la porte ouverte sur la buvette laissant passer le bruit de discussions animées alors que Laurent offrait une partie de son répertoire classique espagnol. A noter aussi l’absence de représentants de certaines associations qui ne manquent pourtant pas de se plaindre d’indifférence devant leurs manifestations ...