Réinventer Haïti
Haïti peut passer en revue diverses options dont un énième Etat américain sur le modèle de Porto Rico ? Outre l’hostilité des deux partis américains, Haïti, contre vents et marées, reste attaché à « l’Indépendance nationale » du 1er janvier 1804.
.../...Aujourd’hui, Haïti peut faire l’objet d’une expérience pilote, un laboratoire, que la nouvelle donne de la Maison-Blanche peut permettre au président Obama d’alimenter en civisme international, comme c’est le cas des ONG et des sociétés civiles de la planète.
Par René Depestre (Écrivain) « Le Nouvel Observateur » du 18/02/10

Haïti 2010 : les leçons d’une catastrophe
La guerre d’indépendance qui dura de 1791 à 1803 avait causé d’importants dommages à l’économie. Les plantations, symboles du lien colonial honni par les insurgés, furent la cible de la vindicte populaire : les systèmes d’irrigation, les bâtiments industriels furent réduits en cendres et les terres des colons exterminés versées au domaine de l’Etat en 1804.
.../...Comprendre l’ampleur de la catastrophe c’est admettre que les bidonvilles ne sont pas l’expression d’une forme particulière de tradition, ni une fatalité du paysage, mais le résultat d’une absence de considération publique d’un problème social. La reconstruction de la capitale haïtienne nécessite une refonte totale de l’aménagement urbain, guidée par l’urgence de reloger en toute sécurité le plus grand nombre, mais inspirée par la volonté de renforcer, en même temps que les murs, ébranlés par le séisme, les liens sociaux mis à mal par deux siècles de décadence économique et de marronnage social.
J.M. Théodat, « Haïti 2010 : les leçons d’une catastrophe », EchoGéo,