Tandis que « l’industrie » touristique tire la langue en maints domaines, voici que les îles, elles, sont assaillies. Parfois avec sagesse, parfois avec une avidité qui a perdu toute mesure. Et le Covid se niche parfois dans les bagages. Mais, tôt ou tard, il va bien falloir réguler la marée. Il va bien falloir contingenter les candidats au voyage. Et réserver une prime à la passion réfléchie.

Hervé Hamon le Télégramme 25/07/20