«On n’est pas des élus d’opposition mais plutôt des élus de proposition », affirme Martine Baron qui, avec ses collègues, aimeraient être davantage consultés et écoutés au sein du conseil municipal et des commissions dans lesquelles ils siègent. « Le problème des transports collectifs en est une bonne illustration. Cela se fait sans concertation alors que nous avons des propositions concrètes » dit Victor Da Silva .

Le Télégramme -23-05-19-