Sur Groix, le maire reconnaît que la lutte contre les rats reste « difficile, même si nous avons réussi à réduire les populations après la fermeture des décharges ». Près de 300 boîtes piégées et sécurisées ont été disposées sur l’île. « Je les inspecte tous les deux mois depuis trois ans, et remplace les appâts si besoin », rapporte Olivier Pressoir (ENS Service), prestataire de services local.

Le Télégramme 14-04-19-